Vente de l’ancien couvent (suite)

 

Cette vente avait été faite « Suivant contrat passé devant ledit Maître Pottier, notaire, le trente septembre mil huit cent vingt sept, mondit sieur Tassart a revendu la propriété susdite à monsieur Cugnières, comparant, et à dame Marie Jeanne Verrière, son épouqse, en première noces, moyennant le somme de vingt mille francs de prix principal, payable sans intérêts, savoir dix mille francs dans un an du jour de la vente et les dix mille francs restants par tiers, dont un tiers dans deux ans, un tiers dans trois ans et un tiers dans quatre ans à partir du même jour ».

 

Par quittance passée devant ledit maître Pottier le deux mars mil huit cent vingt huit, monsieur Tassart a reconnu avoir reçu de monsieur et madame Cugnières, la somme de deux mille cinq cents francs à valoir sur ledit prix de vente, sous réserve pour les dix sept mille cinq cents francs qui restaient dûs

Vente de l'ancien couvent (suite)
Vente de l'ancien couvent (suite)
Vente de l'ancien couvent (suite)
Vente de l'ancien couvent (suite)

Le 11 janvier 1829, dans une seconde quittance, monsieur Tassart reconnaît avoir reçu de monsieur Cugnière la somme de onze mille francs en différents paiements à valoir sur le prix de vente « sous réserve que ce dernier paie les intérêts à cinq du cent sur la somme de 1500 francs qu’il reste à devoir sur le terme de paiement échu au 1er octobre dernier ».

 

A la lecture de ce document et de ceux qui vont suivrent, il apparaît que des problèmes d’ordre financier commencent à se faire jour entre les deux parties.

Vente de l'ancien couvent (suite)

Le 27 septembre 1929, monsieur Tassart reconnaît avoir « reçu de monsieur cugnières les quinze cents francs et les intérêts échus au 1er octobre 1828, « plus six cents francs et leurs intérêts échus au 1er mars 1829. Reste du 1900 francs qui portent intérêts courus depuis le 1er mars 1829 ».

Vente de l'ancien couvent (suite)

à suivre…

Retour haut de page