La vente de l’ancien presbytère en 1794 (suite)

 

La vente eut lieu suivant le calendrier fixé.

La vente de l’ancien presbytère en 1794 (suite)
La vente de l’ancien presbytère en 1794 (suite)
La vente de l’ancien presbytère en 1794 (suite)
La vente de l’ancien presbytère en 1794 (suite)

Dans les faits Jean Baptiste Deschamps, alors maire de la commune, ne servit que d’intermédiaire dans l’achat de l’ancien couvent puisque dès le 10 brumaire an 3 (31 octobre 1794) un acte de vente est passé entre lui et Charles Augustin Poulletier demeurant audit Compiègne.

 

On peut penser que Poulletier, issu d’une famille connue à Compiègne et dont plusieurs de ses membres occupaient d’importantes fonctions sous l’ancien régime, lui-même étant ancien intendant et contrôleur général de la marine, craignait sans doute, compte tenu de ses origines, de ne pouvoir directement être accepté comme adjudicataire et qu’il avait monté ce subterfuge en accord avec Deschamps. Poulletier disposait de revenus suffisamment convenables pour se rendre acquéreur de l’ancien couvent. Ce qui n’était certainement pas le cas de Deschamps.

 

Un avis figure dans les archives de la Société historique de Compiègne en date du 22 pluviôse an 10 (11 février 1802) qui informe le maire que la somme de 627 francs 9 centimes due au citoyen Poulletier pour la solde de retraite des trois premiers mois de l’année, lui sera remise par le payeur général de la marine, à charge par lui à la lui remettre. Soit un revenu annuel de plus de 1500 francs. Quelques années plus tard, Léré écrira ” Il avait une retraite de 2000 francs et un revenu de 8000 francs en bien-fonds“. Ce qui, pour l’époque n’était pas une somme négligeable.

La vente de l’ancien presbytère en 1794 (suite)

à suivre…

Retour haut de page