Les baux de Saint-Jean-aux-Bois

 

Entre ce bail et le suivant, vingt deux années s’écoulent sans qu’aucun acte ne figure aux archives.

 

Il faut donc attendre le 21 mai 1742 pour voir apparaître le suivant.

 

Celui-ci est consenti à François Darchin et à sa femme Marie Anne Fillion par le révérend père Jean Castel prieur de l’abbaye. 

Les baux de Saint-Jean-aux-Bois

On peut donc penser qu’après la mort de Jacques Perdu, son épouse repris peu de temps seule l’exploitation de la ferme puis, suite à son remariage, avec son nouvel époux François Darchin. On suppose aussi qu’un nouveau bail fut établi au nom du nouveau fermier.

 

Toujours est-il que le bail de 1742 ne comporte que peut de modification par rapport au précédent, les biens loués restant les mêmes.

 

Les conditions de location restant identiques à celles du précédent bail.

 

Sur le plan historique nous notons que le preneur : « entretiendra le pont de planches des menues réparations et qu’il fera raccommoder les dites deux  portes par où passent tous les charrois », ce qui implique que le pont existait encore en cet état en 1742.

 

Les baux de Saint-Jean-aux-Bois

à suivre…

Retour haut de page