13 septembre 1914 – 13 septembre 2014

Il y a un siècle aujourd’hui, le 13 septembre 1914, au tout début du conflit, disparaissaient dans l’Aisne à Aguilcourt, deux jeunes de Saint-Jean à quelques kilomètres de leur village, tous deux âgés d’à peine 27 ans.

 

Norbert Optat LANGELEZ et Félix Adolphe Henri BAUDRIN.

 

 

Le premier né à Saint-Jean-aux-Bois le 21 janvier 1887, fils de Jean Marie Onézime  LANGELEZ, bûcheron, et d’Amélie Floride CHUETTE.

 

13 septembre 1914 - 13 septembre 2014

Le second né à Compiègne le 21 janvier 1887, fils de Félix Marius BAUDRIN, garde forestier, et de Juliette Marie Stéphanie GARET. 

 

 

13 septembre 1914 - 13 septembre 2014

Ils se connaissaient depuis leur plus tendre enfance et fréquentent tous deux l’école de Saint-Jean, le premier y entrant le 1er février 1892 et la quittant le 10 août 1899, le second le 10 mai 1893 et le 1er octobre 1901.

 

 

Ils auront comme instituteur monsieur Léopold DEVILLERS durant toute leur scolarité, celui-ci arrivé à Saint-Jean 16 avril 1892, peu de temps après l’entrée à l’école de Norbert et quittant le village le 1er octobre 1901, en même temps que la sortie de l’école de Félix.

 

 

La présence de Félix Adolphe BAUDRIN à l’école de Saint-Jean s’explique par le fait que son père, d’abord garde à Saint-Nicolas-de-Courson, est nommé par la suite à celui de La Muette. A l’époque les enfants de Saint-Nicolas-de-Courson, étaient scolarisés à l’école de Saint-Jean, bien plus près que celle de Morienval dont Saint-Nicolas-de-Courson dépendait.

 

 

Norbert LANGELEZ passe son conseil de révision au mois de janvier 1908 à Compiègne ainsi que Félix BAUDRIN. Le premier sous le numéro 1221, classe 1907, le second sous le numéro 1222, classe 1907.

13 septembre 1914 - 13 septembre 2014
13 septembre 1914 - 13 septembre 2014

 

LANGELEZ Norbert Ofta et BAUDRIN Félix Adolphe Henri, soldats de 2e classe sont incorporés le 8 octobre 1908 et envoyés dans la disponibilité le 25 septembre 1910. Certificats de bonne conduite accordés. Passent dans la réserve de l’armée active le 1er octobre 1910.

 

Rappelés à l’activité par décret de mobilisation générale du 1er août 1914 ils arrivent au corps le 3 août 1914.

 

Tous deux partent au 332e régiment d’infanterie en campagne le 11 août 1914 sous le numéro matricule 1473 pour LANGENEZ et 1474 pour BAUDRIN.

 

 

Après la bataille de la Marne, les troupes allemandes se replient sur l’Aisne où de nouveaux affrontements s’engagent dans ce qui sera appelé la bataille de l’Aisne. C’est aux cours de ceux-ci que les jeunes Langelez et Baudrin sont tués à Aguilcout village à l’est du département, presque à la limite des Ardennes.

 

 

Dans les archives communales seul figure le message adressé au maire concernant la disparition de Norbert Langelez. Celui-ci est chargé d’en informer ses parents. Quelle tâche pénible et douloureuse pour celui-ci, qui durant ces quatre ans allait devoir vingt-quatre fois la répéter.

13 septembre 1914 - 13 septembre 2014

                                                                                                     Suite de l'article lundi

2 réflexions sur “13 septembre 1914 – 13 septembre 2014”

  1. as-tu remarqué Robert, qu’ils étaient nés le même jour de la même année, pour disparaitre à la même date.
    Encore bravo pour ce travail de mémoire

    1. Non seulement ils sont nés et tués le même jour, mais ils passent le conseil de révision ensemble, ont leur numéros matricules qui se suivent, retourne à la vie civile le même jour, de même pour leur mobilisation, etc. Quel gâchis.

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page