Auberge de jeunesse à Sainte-Périne

 

 

En 1930, Marc Sangnier, co-fondateur de la Fédération Internationale des Auberges de jeunesse, ouvre la première Auberge de la jeunesse en France et crée la Ligue Française pour les Auberges de la Jeunesse, inspirée du mouvement fondé en Allemagne en 1909 par Richard Schirmann.

 

En 1933, sous l’impulsion de Marcel Auvert (professeur et secrétaire général de l’U.F.O.V.A.L. (Union française des œuvres de vacances laïques), se met en place une association concurrente, le Centre laïque des auberges de jeunesse (C.L.A.J.                              

 

En 1936, sous l’impulsion de Léo Lagrange, sous-secrétaire d’état à la jeunesse du gouvernement issu du front populaire, celles-ci connaîtront un grand essor.           

 

C’est ainsi qu’en 1937 l’Administration des Eaux et Forêts a entièrement reconstitué l’ancienne abbaye de Sainte-Périne, devenue un des postes forestiers les plus avenants de la forêt de Compiègne, pour permettre la création d’une Auberge de la Jeunesse, devenant très rapidement réputée. (Le Progrès de l’Oise du 7 septembre 1938)

 

A part quelques anciens du village qui se rappellent peut-être cet épisode particulier réservé à Sainte-Périne, de nombreux habitants de Saint-Jean ignorent ce fait qui, s’il n’est pas si éloigné, remonte quand même à près de quatre-vingt ans.

 

Nous reprenons ici les articles dont la presse s’était faite l’écho à ce moment.

Photos-2.jpg

Le “mouvement” auberge de jeunesse n’est pas qu’un mot, en voici une nouvelle preuve : le mois prochain va s’ouvrir une nouvelle auberge en forêt de Compiègne, dans le site charmant de l’étang de Sainte-Périne à Saint-Jean-aux-Bois. Ci-dessus le façade vers l’étang au bord de la route de Lacroix-Saint-Ouen à Pierrefonds.

Photos-1.jpg

Un autre aspect de cette accueillante maison : la façade intérieure de ce qui fut le poste forestier de Sainte-Périne dont on poursuit actuellement l’aménagement qui en fera assurément une des plus belles et des plus confortables auberges de jeunesse. 

Ces photos, extraites d’articles de presse de l’époque, ne sont pas, malheureusement, d’une qualité irréprochable. 

 

à suivre…

Retour haut de page