Le château de La Brévière (8)

 

En 1952, le centre fut ouvert de juillet à septembre. La moitié de cette période fut utilisée par les organisations suivantes : Confédération internationale des associations d’éducation des travailleurs, Confédération internationale des syndicats libres, Confédération internationale des syndicats chrétiens, Alliance coopérative internationale. Les six semaines restantes permirent à l’U.N.E.S.C.O. de réaliser trois stages successifs de quinze jours, sous la direction du professeur G.D.H. Cole, de l’université d’Oxford.


Ces trois quinzaines touchèrent en moyenne 40 stagiaires représenta 14 pays d’Europe, et 12 du reste du monde, pour la plupart responsables régionaux  ou nationaux de la formation syndicale ou de l’éducation populaire.*


Au cours de l’été 1953 se tenait, sous la direction du même professeur, un deuxième stage.


C’est vers cette période que les suédois qui n’utilisaient ce bâtiment que deux mois dans l’année pour des séminaires syndicaux et comme centre de vacances pour les enfants de salariés, ont estimés à un moment donné qu’ils leur était difficile de poursuivre ainsi et qu’il serait plus judicieux d’en faire don à leur confédération française amie Force Ouvrière avec laquelle ils entretenaient une étroite collaboration depuis les années 1947/1950.


Ce don fut effectué, à ce que l’on croit savoir, sur la base du franc symbolique. Le seul souhait des suédois lors de la donation étant que le château serve de centre de formation des militants Force Ouvrière, ce qui d’après les constatations faites sur place, fut le cas durant de nombreuses années.


Olof-Aschberg-2-copie.jpgN’ayant pas connaissance des archives de F.O., il nous est impossible d’écrire sur la durée et les conditions exactes de l’accord passé avec le syndicat suédois. Nous pouvons supposer, le château étant fermé depuis quelques années et mis en vente, que cet accord était venu à expiration.


Quant à Olof Ascheberg, c’est en 1960 le 21 avril, qu’il décède à l’âge de 83 ans.


 


Les explications développées font référence à plusieurs études, tant en suédois qu’en français.

Nous les citons :

 

.http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001337/133739fo.pdf

http://www.monde-diplomatique.fr/1954/09/LE_VEUGLE/21233

http://ns228795.ovh.net/notre-opinion/notre-opinion/gens-ch%C3%A2teau20111215.html

Sur l’aide aux réfugiés espagnols : Google Traducbreviere 2.webloc

Sur Olof Aschberg : Google Traduction 1.webloc


 



* Réf. : Le Monde diplomatique, l’U.N.E.S.C.O. et l’éducation des adultes ; septembre 1954.

1 réflexion sur “Le château de La Brévière (8)”

  1. Merci Robert pour cette page d’histoire

    petite rectification, la dernière session de formation syndicale s’est terminée il y a tout juste un an et le personnel a été licencié début 2014

    Effectivement le chateau reste à vendre pour quelques euros !……

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page