Projet d’une seconde école à Saint-Jean (6)

 

Cette délibération n’arrête pas la volonté du préfet de construire une école à La Brévière puisque le 22 mars suivant il approuve la délibération du conseil départemental …

 

19-1884-22-mars-Avis-du-Pre-fet.jpg

 

… et transmet le dossier au ministre de l’instruction publique, accompagné d’une lettre dans laquelle il exprime son point de vue..

 

20-Le-pre-fet-au-ministre-22-mars-1884.jpg

 

La réponse du ministre du 23 juillet 1884 au préfet met un terme à cette affaire, mais dans des termes brefs et certainement inattendus par le préfet. Lisez plutôt :

 

21-1884-23-juillet-Ministre-a--Pre-fet.jpg

 

L’article 8 de la loi du 20 mars 1883 impose aux communes l’obligation de pourvoir à l’établissement de maisons d’école non seulement au chef-lieu de la commune, mais encore dans les hameaux ou centres de population éloignés dudit chef-lieu ou distants les uns des autres de 3 kilomètres et réunissant un effectif d’au moins 20 enfants d’âge scolaire. C’est sur cette article que s’appui le ministre pour justifier son refus d’imposer à la commune la construction d’une école qu’elle refuse.


Le 6 août 1884 le préfet informe l’inspecteur d’académie de cet avis sans appel qui clos ainsi le dossier.

 

13-1884-6-aou-t-Pre-fet-a--Inspecteur-.JPG

 

Voilà pourquoi il n’y eu jamais d’école de filles à Saint Jean ou d’école mixte à La Brévière.

Réf. : Archives communales 3 M 2 et archives départementales 2 Op 13 751


Retour haut de page