Les petits réfugiés juifs allemands à La Brévière (3)

2) Article paru dans le Progrès de l’Oise du 10 mars 1934

 

Progre-s-de-l-Oise.jpgSaint-Jean-aux-Bois. — Étranges cambriolages

On sait que le Comité français de l’Union internationale de secours aux enfants a recueilli une quarantaine d’enfants de réfugiés allemands qu’il a installé au château de La Brévière, appartenant à Mme Aschberg. Cette colonie est placée sous la direction de Mme Hasse.

Le mardi 30 janvier, au matin, on constata les traces d’un vol commis dans la nuit. La porte principale du château était ouverte ainsi que les fenêtres du bureau de Mme Hasse, situé tout à côté au rez-de-chaussée. Dans ce bureau, le portefeuille de Mme Hasse, resté bien en vue, et contenant quelques milliers de francs avait été manifestement fouillé. Les papiers personnels inventoriés, avaient été remis pêle-mêle en place ; l’argent n’avait pas été touché. Les dossiers du bureau avaient eux aussi été dérangés et le contenu de l’un d’eux, les fiches d’enfants donnant des précisions sur les familles avaient été enlevées. Seule une des fiches fut retrouvée à terre.

On établit qu’un homme s’était introduit dans l’immeuble ou, peut-être, il avait été rejoint par des complices.

A quatre reprises, dans le mois qui avait précédé le tentative, on eut très nettement l’impression qu’une surveillance était établie autour du château ; notamment trois semaines avant le vol, une nuit ; Mme Hasse dut tirer des coups de revolver sur plusieurs formes humaines qui, au bruit des détonations, disparurent, non sans laisser de traces.

Était-ce déjà une tentative ou une surveillance ?

Lundi, une nouvelle alerte s’est produite. Au bruit d’une vitre brisée, une collaboratrice de Mme Hasse se précipita dehors. Le bruit semblait provenir des communs tout proche du château. Dans la nuit on eu l’impression que des ombres s’enfuyaient, mais le temps que les domestiques hommes de la propriété arrivant en renfort, il n’y avait plus personne.

L’enquête de la sûreté générale n’a jusqu’ici jeté aucune lumière sur cette étrange affaire.

Dans la nuit de mardi à mercredi, des individus suspects ont encore rodé autour du château de La Brévière.

Des inspecteurs de la police mobile sont arrivés vendredi matin.

 

Gazette-de-l-Oise-1b.jpg

à suivre …

Retour haut de page