Le ramassage des ordures ménagères (4)

Le 19 février 1965 le conseil décide de ne pas maintenir la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et de financer l’entreprise chargée de l’enlèvement sur les ressources ordinaires.

 

Le conseil du 25 mars 1969 décide de pressentir l’administration de l’office des forêt pour la concession d’un terrain à usage de décharge publique et le conseil du 1er juillet 1969 décide de s’adresser directement à la direction régionale de l’O.N.F. afin d’obtenir satisfaction pour l’octroi d’une nouvelle concession.

 

P1000433.jpg

P1000435.jpg

Vues sur la butte de l’ancien dépôt d’ordures ménagères


Ce ramassage durera ainsi quelques temps, mais rapidement il apparaît que cette pratique plutôt artisanale doit être améliorée. Le conseil municipal décide de faire appel aux services d’une entreprise spécialisée dans ce genre d’activité.


L’entreprise Flamant de Rémy sera pressentie à cet effet. Évidemment les tarifs ne sont plus les mêmes. De plus des révisions de tarifs approuvées par le préfet, sont deux fois l’an soumises à l’approbation du conseil, si bien que les charges deviennent de plus en plus lourdes à supporter par le budget communal.


Tant et si bien que le conseil municipal du 7 mai 1975 rétabli la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Le produit attendu est de 5442,81f, la dépense étant dans le même temps de 5877,30 francs TTC par an.


Les déchets ménagers sont déposés à cette époque, dans la décharge de Vieux Moulin, située non loin de l’ancienne voie ferrée.


Mais lors de la séance du 17 juillet 1976, le maire donne lecture au conseil municipal, des circulaires du 18 juin 1975 et du 14 avril 1976 de monsieur le sous-préfet, portant suppression des décharges sauvages et en particulier de celle de Vieux Moulin située en forêt domaniale. À compter du 1er juillet 1976 celle-ci est fermée à la demande de l’O.N.F.


Pour faire face à cette situation, le maire informe le conseil municipal des démarches qu’il a entreprises auprès du S.I.V.O.M. d’Attichy, sollicitant l’autorisation d’utiliser leur décharge contrôlée de Saint Etienne de Roilaye.


Le conseil municipal appelé à délibérer sur cette question décide d’utiliser cette décharge contrôlée et autorise le maire à solliciter l’autorisation de déposer les ordures ménagères de la commune à ladite décharge aux conditions indiquées par la commission syndicale de la voirie et des ordures ménagères du S.I.V.O.M. d’Attichy lors de sa réunion du 11 juin 1976. La redevance exigée est de l’ordre de 3 francs par m3 d’ordures déposées.

 

A la suite de la fermeture de la décharge de Vieux Moulin, le prix du seul transport des ordures ménagères à Saint Etienne de Roilaye n’est plus le même et représente une charge supplémentaire pour la commune. Ces frais s’élèvent à la somme de 95,82f par mois, à compter du 1er juillet 1976, au lieu de 52,98 francs auparavant, soit une augmentation de 80%. C’est énorme.

 

Au mois d’octobre, le maire présente au conseil municipal une demande d’augmentation des tarifs de ramassage des ordures ménagères formulée par M. Flamant, l’entrepreneur de collecte d’ordures ménagères. Cette augmentation se présente sous la forme d’un avenant qui prend effet rétroactivement au 9 août 1976 et qui porte le ramassage à la somme de 6580,33f TTC par an soit 548,36f par mois, et dans le même temps le transport des ordures à la décharge de Saint Etienne de Roilaye passe de 95,80f à 99,15f par mois.

 

Le conseil municipal accepte les augmentations proposées, au risque de voir les immondices s’accumuler dans les rues en cas de refus.


Retour haut de page