Le ramassage des ordures ménagères (2)

Les choses commencèrent à changer aux lendemains de la guerre 14/18. Celle-ci avait changé les habitudes. Les troupes étrangères, notamment américaines, étaient arrivées avec leur mode de vie où l’emballage était déjà utilisé. Bref la vie moderne faisait ses apparitions.


7Depuis très longtemps, sinon toujours, les habitants de Saint Jean avaient pris l’habitude d’aller jeter en forêt leurs rares détritus. Jusqu’au jour où le conseil municipal fut amené, dans sa séance du 21 novembre 1926, à examiner les réclama-tions présentées par l’administration des Eaux et Forêts, les ouvriers et les prome-neurs, concernant la malpropreté et les dangers présentés par les ordures ménagères jetées au hasard par les habitants de l’agglomé-ration de Saint Jean sur le terrain de la forêt domaniale de Compiè-gne, aux abords du village.


Le conseil « considérant que si la commune a l’obligation de donner aux habitants la possibilité de débarrasser leurs maisons, bâtiments et cours, des ordures ménagères, il ne lui est pas possible, en l’absence de terrain communal d’aménager un emplacement pour le dépôt de ces ordures. Demande à M. le préfet de l’Oise que l’administration des Eaux et forêts consentante, accorde en location à la commune sur le terrain de la forêt domaniale, aux sorties du village, trois parcelles d’une superficie d’un are chacune pour y établir aux frais de la commune des tranchées dans lesquelles par arrêté municipal seront déposées obligatoirement les ordures ménagères. Les emplacements desdites tranchées seront désignés par M. l’inspecteur des forêts et la commune s’engage à exercer la surveillance qu’elles exigent au point de vue de l’hygiène et de la santé publique ».

 

recto.jpg


Il y aura plusieurs trous à ordures disposés dans divers endroits autour de la commune : un chemin du Ru, un au carrefour du Bocage, un en forêt à la hauteur de l’entrée du village. De même Malassise dispo-sait de trois trous à ordures.


Quant à La Brévière il lui était accordé une parcelle de 5 centiares dans la parcelle 12 série IX. 


Une redevance était payée chaque année par la commune à l’administration fores-tière.


Ces concessions seront renouvelées en 1930 et 1936 ainsi qu’aux lendemains de la guerre.


 

2 réflexions sur “Le ramassage des ordures ménagères (2)”

  1. Quand nous sommes arrivés à St Jean ( dans les années 1970 ) nous avons vu les derniers”voyages” du tombereau tiré par le cheval de Robert Levert qui ramassait les ordures. Ces déchets
    étaient versés dans la décharge sauvage en forêt près du vieux chêne… Question:  est-ce qu’il existe des photos / documents de ces tournées qui aujourd’hui nous paraissent bien
    anachroniques ? ( mais peut-être que j’anticipe sur la suite des articles de notre ami Robert; toutes mes excuses si c’est le cas )

    1. Je n’ai qu’une photo de Robert Levert faisant la tournée des poubelles. Elle sera publiée demain avec la suite de l’article.

      Bonne journée

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page