1795 – l’emprunt forcé

Une page d'histoire

1795

 

 

En Décembre 1795, le Directoire lance l’emprunt obligatoire de 600 millions or sur les riches, réparti selon l’état de fortune en plusieurs classes. L’empôt sur la fortune avant l’heure, en quelque sorte. Les contribuables avaient la possibilité de régler l’ imposition en grains, en monnaie ou en assignat, ceux-ci étant acceptés à 1% de leur valeur. Le 10 Pluviose An IV ( 29.01.1796), les habitants du canton de Pierrefonds protestent contre le montant de leur contribution et le mode de répartition. Nommés Commissaires pour la relance de l’emprunt, MM. De France et Denis de Croutoy soutiennent les habitants dans leurs revendications et font valoir à l’Administration, que la répartition de l’emprunt démontre une injustice flagrante.

 

A saint Jean deux contribuables sont asujettis à cet impôt : Messieurs Leduc, propriétaire du moulin et de nombreuses terres, et Poulletier, proprétaire de l’ancien domaine du couvent, qui outre les bâtiments claustraux, la salle capitilaire, s’étend, à l’époque bien au-delà de la rue du Couvent qui n’existe pas encore.

 

Ce dernier, bien que ne figurant pas sur le registre journal de la commune, participa à cet emprut pour la somme de 30 000 livres.


 

Registre Journal de la commune de La Solitude

ci-devant St Jean aux Bois, contenant le nom des citoyens qui se sont présentés pour l’emprunt forcé, avec les sommes qu’ils ont payé en avance d’y celui.

 

*****

 

         Le vingt-cinq nivôse l’an IV (6 janvier 1796) de la République Française, j’ai Firmin Renard, receveur des impositions directes de la commune de St Jean aux Bois, reçu du citoyen Leduc, cultivateur en ladite commune, la somme de cinq mille livres à compter sur l’emprunt forcé. A St Jean aux Bois les jours et an que dessus.

                                                                                        Renard

***

         Le 1er pluviôse (20 janvier 1796), huit heures du matin, j’ai François Louis Aubé, agent municipal de la commune de La Solitude, ci-devant St Jean aux Bois, me suis transporté chez le citoyen Firmin Renard, percepteur de l’emprunt forcé pour additionner, arrêter et clore le registre journal dudit emprunt forcé. À St Jean aux Bois le 1er pluviôse an 4 de la République.

                                                                                        Aubé

***

         Le vingt-cinq pluviôse l’an 4e (14 février 1796) de la République française, j’ai Firmin Renard, receveur des impositions directes de la commune de St Jean aux Bois, reconnais avoir reçu du citoyen Leduc, cultivateur et meunier en ladite commune, la somme de dix mille livres à compter sur l’emprunt forcé jointe à celle de cinq mille livres, fait la somme de quinze mille livres. A St Jean aux Bois les jours et an que dessus.

                                                                                        Renard

***

         Le huit ventôse l’an 4e (26 février 1796) de la République française, j’ai Firmin Renard, receveur des impositions directes de la commune de St Jean aux Bois, reconnais avoir reçu du citoyen Leduc, cultivateur et meunier de ladite commune, la somme de seize mille livres en assignats à compter sur l’emprunt forcé. A St Jean aux Bois les jours et an que dessus.

                                                                                        Renard

 

 

Modèle du récépissé à délivrer par les receveurs

 

Département de l’Oise — District de Compiègne

Canton de Pierrefonds — Commune de La Solitude

 

Récépissé de l’emprunt forcé

Bordereau

 

                                            Assignats             45 000tt

                                            Espèces

 

                          Duplicata des récépissés de l’emprunt volontaire

                                                            

                                                                      Total                   45 000tt

 

         Je soussigné, receveur du district, reconnais avoir reçu du citoyen Firmin Renard percepteur, demeurant à La Solitude, district de Compiègne, la somme de quarante-cinq mille livres en assignats pour l’emprunt forcé de ladite commune dans les valeurs énoncées au bordereau ci-dessus.

         À Compiègne ce 1er ventôse an 4 (19 février 1796) de la République.

 

                                                                               Decrou

 

         Vu par nous membres du directoire.

 

 

 

Modèle du récépissé à délivrer par les receveurs

 

Département de l’Oise — District de Compiègne

Canton de Pierrefonds — Commune de La Solitude

 

Récépissé de l’emprunt forcé

Bordereau

 

                                            Assignats             16 000tt

                                            Espèces

 

                          Duplicata des récépissés de l’emprunt volontaire

                                                            

                                                                      Total                   16 000tt

 

         Je soussigné, receveur du district, reconnais avoir reçu du citoyen Firmin Renard percepteur, demeurant à La Solitude, district de Compiègne, la somme de seize mille livres en assignats pour l’emprunt forcé de ladite commune dans les valeurs énoncées au bordereau ci-dessus.

         À Compiègne ce 11 ventôse an 4 (1er mars 1796) de la République.

 

                                                                               Decrou

 

         Vu par nous membres du directoire.

Retour haut de page