Extraction de glaise à La Brévière

Dans les nombreux documents qu’il nous a légués, Léré traite assez longuement de l’extraction de glaise à La Brévière par le sieur Langlois et de sa fabrique de poterie qu’il possédait à Compiègne1.

 

Extrac.-argile-copie.jpgIl nous en donne une première description le 5 mars 1817, puis une seconde le 8 janvier 1818. Voici ce qu’il écrit : “La seule fabrique de poterie de Compiègne est tenue par le Sieur Langlois et est située rue des vaches. Elle est très ancienne. La glaise est employée à la fabrique de poterie, de tuiles, de briques et de carreaux. La terre employée pour la poterie est d’une nature argileuse. Elle se tire depuis un temps immémorial, 300 ans, à ce que dit Monsieur Langlois, dans la forêt de Compiègne, près de La Brévière, à la route de Longpont, grande route de Morienval, avec la permission du gouvernement, donnée par le conservateur, en vertu d’un ancien droit d’usage.

 

P1050427.jpg

 

Le terrain sur lequel se trouve la glaisière n’est éloigné des dernières maisons de La Brévière que d’environ 500 pas. Il forme un monticule de 22 pieds de hauteur (7m12) qui s’étend vers les Grands Monts et vient se terminer au carrefour de La Brévière. Quant à ses prolongements latéraux j’en ignore  l’étendue.

 

L’ouverture que j’ai vue, et dans laquelle je suis descendu, est faite à l’angle formé par les routes de Morienval et de Longpont. C’est un trou, en forme de puits de 2 pieds 6 pouces de diamètre (80cm) et profond de 15 pieds 6 pouces (5m) dans lequel on descend, non pas avec une échelle, mais au moyen d’excavations dans la glaise même, à droite et à gauche, suffisantes pour placer le pied et servant d’échelon.

 

P1050424.jpg

P1050425.jpg

 

Lorsque l’on est au fond du puits on descend une marche pour arriver dans les chambres. Il y en a à peu près dix faites depuis 15 ans ; avant on tirait la matière d’un autre endroit. Sa profondeur n’est pas considérable. Elle ne passe pas 21 à 22 pieds (environ 7m) ; on ne peut en tirer que 5 pieds d’épaisseur (1m60) qui peuvent être employés à la poterie, et le concessionnaire est tenu à laisser des piliers de la même largeur que le volume des terres qu’il enlève.

******************************

1. Léré. Archives de la bibliothèque St Corneille. VDC 197/XV 6 et VDC 71.

Retour haut de page