Les lavoirs de La Brévière (1)

Construction d’un lavoir

 

Lors de la séance du 14 août 1900, le maire présente au conseil le projet de construction d’un lavoir à La Brévière.

 

Le conseil envisage d’aménager ce lavoir sur le fossé de Sainte-Périne, près du pont franchissant le chemin des Plaideurs.

 

 

1-15-aou-t-1900-Lavoir-La-Bre-vie-re.jpgLe Conseil approuve le devis présenté le par M. Barbier Alexandre, entre-preneur à Béthisy Saint Pierre, moyennant la somme de 321 fr.25. Ce devis est approuvé par le Préfet le 17 novembre 1900.

 

Par la suite sera réalisé la couverture dont les travaux sont autorisés par arrêté préfectoral en date du 16 juillet 1904. L’adjudication a lieu le dimanche 28 août suivant.

 

En 1926, le conseil décide d’entreprendre la réfection de ce lavoir afin de le rendre plus confortable et surtout moins accessible aux courants d’air. Une passerelle est aménagée pour relier plus facilement les deux côtés du lavoir. Des planches à laver sont également posées.

 

En 1927, un conseiller municipal de La Brévière « fait part au conseil de ses craintes au sujet de l’état du radier et des piles de la vanne du grand lavoir de La Brévière qui serait miné par les eaux et menacerait de s’écrouler. La commission des fossés et plantations se déclarant incompétente, le conseil invite le maire à demander à l’ingénieur du service vicinal de bien vouloir examiner ledit lavoir, de donner son avis sur la situation et d’indiquer, s’il y a lieu, les réparations à effectuer ».

 

Lavoir La Brevière 1927A la suite de quoi, il est décidé d’un enrochement sous le déversoir, de conso-lider les têtes en aval du lavoir et de remplacer le plan-cher en bois par un bétonnage en pierres calcaires afin d’éviter le ravinement en période de crue. Pour éviter les courants d’air, le côté du lavoir situé en aval est fermé par une cloison. Ces travaux seront effectués dans le courant du mois de septembre 1927 pour le prix forfaitaire de 600 francs.


En 1931, en 1933, en 1935, des travaux de réfection seront entrepris. Une somme de 520 francs est consacrée à ce dernier chantier mené par un entrepreneur de Cuise la Motte.


Comme pour l’ensemble des lavoirs de la commune, les interventions en vue de réparations, d’aménagements et d’entretien restent une préoccupation constante du conseil municipal. Il n’est pas possible d’en faire état, tant elles sont nombreuses.

 

 


 

Faisant suite à l’article d’hier sur les pâtres un de nos fidèles lecteurs, que nous remercions, nous donne quelques précisions concernant Pierre Taille :


Pierre Taille, père de mon arrière grand’mère, était pâtre et vous avez raison de noter que son nom avait été malmené!
Je dispose actuellement des éléments suivants :
TAILLE Pierre Marie, né le 8 avril 1819 à La Croix Saint Ouen, décédé le 22 février 1895 à Saint Jean aux Bois; profession: pâtre; père: TAYE Louis Charles Gabriel, né en 1779, pâtre à La Croix Saint Ouen en 1831, famille: parents plus 7 enfants

 

Retour haut de page