Saint-Hubert 2012

La Saint-Hubert n’était plus célébrée dans cette église depuis plusieurs années, pour des raisons bien connues des paroissiens de Saint-Jean. Celles-ci semblant ne plus exister, cette cérémonie s’est de nouveau déroulée dans la commune en cette année 2012.

 

Nous savons que les avis des habitants de Saint-Jean sont partagés, à la fois sur cette cérémonie et sur la chasse à courre en général. Chacun pense ce qu’il veut en fonction de ses convictions et a tout loisir de l’exprimer par un commentaire approprié s’il le désire.


Nous ne donnons à voir ici, que les photos d’un événement qui s’est déroulé au village, samedi dernier, et que nous ne pouvons ignorer, montrant ceux qui y participaient par conviction, par curiosité et par opposition.

 

P1060264.jpg

P1060268.jpg

P1060285.jpg

P1060288.jpg

P1060293.jpg

P1060297.jpg

P1060303.jpg

P1060314.jpg

P1060324.jpg

P1060278.jpg

P1060280.jpg

P1060282.jpg

 

7 réflexions sur “Saint-Hubert 2012”

  1. Merci d’avoir partager sans vous mettre dans aucun camp, notre intervention contre la chasse à courre. Je n’avais pas vu les chiens, je les voient sur ces photos, et je suis assez choquée par
    leur maigreur.

    La chasse à courre, ou venerie est une “tradition” barbare qui consiste a traquer un animal (cerf, renard …) pendant des heures jusqu’a l’épuisement. Il est ensuite fini à la dague et donné aux
    chiens.

    La torture est cachée sous le nom de tradition. Elle est protégée et il est totalement inconcevable que l’église, qui prone normalement le respect, participe a de telles bénédictions.

    J’éspère de tout coeur que l’animal qui a suivi la messe n’a pas été attrapé.

  2. C’est bien difficile de rester neutre devant un spectacle aussi affligeant. La chasse à courre est une “activité” très discutable et anachronique au 21 ème siècle, c’est le moins que l’on
    puisse dire. On a l’impression que pour ses pratiquants, les moeurs de notre Société n’ont pas changé depuis belle lurette et la tradition à bon dos! Encore plus révoltant: que vient
    faire la religion dans cette galère? qui ajoute encore au côté écoeurant de cette pratique d’un autre temps. On croyait notre Village débarrassé de tout ça depuis longtemps hélas il
    n’en est rien, c’est bien triste.   

  3. Il est tout simplement scandaleux que ces pratiques existent encore de nos jours.

    Malheureusement nous sommes encore bien loin de respecter la nature et la faune comme elle le mérite.

    Cela nous retombera un jour dessus … C’est sûr.

  4. Je ne souhaitais pas réagir aux commentaires qui suivent l’article de notre ami Robert au sujet de la célébration de la messe de St Hubert ce samedi. Il est évidemment resté neutre sachant que le
    sujet est polémique dans une forêt où la chasse à courre est pratiquée depuis le Moyen Age et que le massif qui entoure notre village “clairière” a été au fils des siécles faconnées pour
    l’exercice de la chasse, rappelons qu’elle appartient au cercle très fermé des forêts dites “royales” comme Fontainebleau, St Germain, Rambouillet … Il ne me semble donc  pas anormale d’y
    célébrer une messe de Saint Hubert. De toute évidence, le blog de Robert n’est pas lieu pour organiser un débat pour ou contre la chasse à courre mais il convient quand même de rétablir des
    vérités et donner quelques éléments chiffrés qui a défaut de convaincre vont permettre, je l’espère, de relativiser les propos:

    – la chasse à courre un anachronisme au XXIème siècle: c’est FAUX. Il y a aujourd’hui deux fois plus d’équipages de chasse à courre qu’avant la première guerre mondiale,

    – la chasse à courre est un sport de riches réservé à une élite : Encore une fois, c’est FAUX, tous les équipages sont organisés en association loi 1901 et 75 % des cotisations sont inférieures à
    1000 € par an.

    – la chasse à courre est un combat inégal: c’est encore FAUX, ce sont les chiens et eux seuls qui chassent, trois fois sur quatre l’animal échappe à ses poursuivants.

    Enfin, je voulais juste rappeler quelques chiffres pour fixer un peu mieux les idées, en forêt de Compiègne, annuellement, il y a plus de cerfs tués dans des collisions automobiles qu’à
    la chasse à courre et que le prélèvement réalisé par les veneurs représente annuellement 1,2 % des cerfs prélevés tout mode de chasse confondu.

    J’ai un profond respect pour les opinions émises considérant qu’elles font toujours avancer le débat cela étant il est important de savoir de quoi l’on parle (je serai vraiment curieux de savoir
    le nombre d’opposants qui ont vraiment assisté à une chasse à courre pour essayer de comprendre …), ne pas se contenter de colporter des idées reçues et des généralités qui montrent la profonde
    méconnaissance …. de la faune sauvage, de son équilibre et de ses intéractions avec le milieu dans lequel elle vit et des moyens d’assurer une prédation la plus proche possible de la prédation
    naturelle … c’est à dire une prédation écologique.

  5. Et les sonneries de trompes de chasse, ça a de la gueule tout de même !

    Je pense qu’ici toutes les opinions vont se rejoindre.

    ( J’ai à cet instant une pensée particulière pour Jeannot Thiébault qui sonnait le soir pour notre plaisir )

  6. En publiant les photos de la messe de St Hubert, Robert devait s’attendre à des commentaires et d’ailleurs c’est lui qui nous y invite dans son préambule. Le blog devient ainsi un forum où
    chacun peut s’exprimer. 

    Par nature je n’ai pas le goût de la polémique, surtout quand elle est agressive. Je préfère la recherche d’un consensus quand c’est possible ou pour le moins des échanges
    contradictoires qui facilitent la compréhension réciproque. D’ailleurs samedi tout s’est passé dans le calme et les opposants n’ont suscité aucune provocation et c’est très bien
    ainsi. Sauf que la question est toujours là. Oui Didier, la chasse à courre est archaïque sinon anachronique, justement de par son ancienneté. Personne n’ignore le contexte dans
    lequel elle a pris son essor; une période où la différence de classe et de situation n’était pas un vain mot. Fort heureusement nous n’en sommes plus là, alors pourquoi
    s’obstiner à vouloir par des rites et par un décorum savamment entretenus, perpétuer une pratique qui n’a plus la même signification; sauf à ignorer que nous avons changé de
    société et que les moeurs ont évolués.

    Et pourquoi toujours accuser les contradicteurs de méconnaissance. Sur un tout autre sujet, c’est exactement ce qui se passe avec l’ONF qui – à bout d’arguments – s’estime seule
    compétente pour poursuivre sa déplorable gestion forestière. Certes nous ne sommes pas tous des férus du dossier mais à défaut nous savons observer. Prétendre que les accidents de voiture
    provoquent plus de morts de cerfs que les chasses à courre est une argutie qui ne tient pas quant on sait que dans notre forêt, pas moins de trois équipages se partagent quelques 80 à 90
    grands animaux tués chaque année et qui peut vraiment croire que la chasse à courre participe à l’équilibre de la faune sauvage ? puisque de l’aveu même des participants son rôle est insignifiant
    dans le cycle de prédation.

    Oui nous avons observé de longue date le déroulement de ces chasses d’un autre âge et ce n’est certainement pas le comportement dominateur, arrogant et agressif des chasseurs
    qui nous fera changer d’avis. fort heureusement depuis l’interdiction de chasse sur le territoire communal, les incidents ( sauf ceux liés au “droit de suite” ) sont devenus plus rares et
    pourtant certains sont restés dans les mémoires comme autant de scènes regrettables.

    Dans ce domaine comme celui de la corrida, toujours pratiqués bien sûr au nom de la tradition, la souffrance animale ne permet aucune justification. Qui peut croire que le cerf, seul contre
    tous “conserve toutes ses chances” devant le déferlement de la meute et des suiveurs ? 

    Alors de grâce, laissons notre paisible village à l’abri de ce genre de manifestation qui ravive inutilement une polémique qui s’était estompée avec le temps et chacun y trouvera son
    compte.

    ( Un regret: celui dêtre obligé de répondre en cette occasion au texte d’un ami dont je connais l’esprit de tolérance et envers qui je conserve par ailleurs toute mon
    estime ) 

  7. Finalement, tu as raison Etienne, le blog de notre ami Robert se transforme peu à peu en forum … Alors pour commencer, je voulais moi aussi préciser que le débat qui nous anime, ne changera pas
    l’estime que j’ai pour toi, j’ai comme tu l’as noté un esprit de tolérance mais j’aime bien aussi défendre mon point de vue en étant toujours infiniment respectueux des opinions de mes
    interlocuteurs. Malheureusement, et c’est probablement le sujet qui le veut car infiniment polémique, nous n’arriverons pas à trouver le consensus. Je persiste à dire que la chasse à courre n’est
    pas anachronique et n’appartient pas à un passé révolu. Elle n’a jamais été aussi vivante avec un nombre toujours grandissant d’équipages (qui pose d’ailleurs des problèmes de disponibilité de
    territoire). Elle est vivant et en plus elle se démocratise (voir mon commentaire précédent concernant le montant des cotisations aux associations). Honnêtement Etienne, tu ne peux plus faire ce
    raccourci entre la vènerie de l’ancien régime et la vènerie d’aujourd’hui même si le décorum est assez proche et même si les règles sont inchangées. Au risque de m’éloigner encore un peu plus du
    consensus, je persite aussi à dire que les contradicteurs ont une méconnaissance totale de la nature, des équilibres, de la régulation des espèces, de la vie de nos forêts et de la vie et de la
    mort tout simplement. Je vais t’en donner une preuve: Un contradicteur a affirmé devant moi que pour réguler les populations de cervidés, il suffisait de castrer les cerfs … face à l’énormité
    de ses propos … il a vite réctifié. Les opposants à la chasse n’arrivent pas à comprendre que le cerf est un animal “proie” qu’il a des prédateurs, qui sont là pour réguler les populations et
    qu’il est nécessaire et indispensable chaque année d’éliminer un certain nombre d’individus. Face à cette réalité, la régulation doit être réalisée par un moyen de chasse le plus proche possible
    de la prédation naturelle (la prédation par le loup pour le cerf), c’est exactement la chasse à courre qui utilise le descendant du loup: le chien. Je peux comprendre que ce raisonnement purement
    écologique puisse choquer et pour compléter ma pensée, je serai prêt à accepter l’arrêt immédiat de la chasse à courre (et de toutes les autres formes de chasse) à condition de réintroduire dans
    nos forêts son prédateur naturel: le loup. J’ai un petit doute sur l’accueil de cette proposition … Je voulais revenir sur deux autres points que je dois impérativement corriger. Oui, il y a
    plus de cerfs qui meurent sur la route qu’à la chasse à courre en forêt de Compiègne et je suis obligé de corriger une information érronée: il y a un seul équipage qui loue la forêt de Compiègne
    à l’ONF pour chasser le cerf (le nombre de cerfs qu’il est autorisé à prélever est de 30 – 35 animaux par saison). Un autre équipage chasse le chevreuil (le nombre de chevreuil qu’il est autorisé
    à prélever est de 30 – 35 animaux par saison). Enfin, il y a occasionnellement un équipage qui chasse à courre le sanglier. Nous sommes donc très loin des 80 – 90 cerfs qui sont tués chaque année
    par la vènerie. Pour être complet, je voulais en profiter pour communiquer le nombre de cerfs prélevés en forêt de Compiègne par la chasse à courre : 

    saison 2007/2008 : 54 chasses, 14 cerfs prélevés, 

    saison 2008/2009: 54 chasses, 16 cerfs prélevés

    saison 2009/2010: 54 chasses, 7 cerfs prélevés

    saison 2010/2011: 54 chasses, 19 cerfs prélevés.

    Pour mémoire, il y a une trentaine de cerfs tués chaque année sur les routes de la forêt de Compiègne … mais inutile d’en parler … Enfin, je voulais aussi corriger la notion ” l’animal n’a
    pas toutes ses chances face au déferlement de la meute,des cavaliers et des suiveurs”. Les données chiffrées communiquées ci-dessus pourraient être mon unique réponse à ton affirmation, mais je
    voulais préciser quelques points:

    – je suis un passionné du cerf (même si paradoxalement j’admet que l’on puisse les chasser et même les chasser à courre), mais je reste admiratif de voir les capacités de défense et les ruses
    qu’ils utilisent pour tromper les prédateurs qui les poursuivent … Evidemment qu’ils utilisent tout l’arsenal des ruses … alors le combat qui parait tellement inégal tourne à l’avantage du
    cerf … c’est aussi pour cela que je parle de méconnaissance des contradicteurs … qui ignorent l’écologie de l’espèce, son comportement …

    Je ne sais pas si cet échange aura permis de faire avancer nos positons, très honnêtement j’en doute car nous argumentons sur des registres très différents. J’espère quand même qu’avec ces
    quelques données, nos lecteurs auront compris que la chasse à courre prélève finalement très peu d’animaux, qu’il ne s’agit pas de la barbarie qui est souvent associée à sa pratique, qu’elle
    exerce dans un cadre réglementaire très précis (plan de chasse) et qu’elle est encadrée par la Société de vènerie qui est la garante de l’éthique, du respect des règles … et qu’elle souffre
    surtout d’une profonde méconnaissance …  

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page