La traversée du village par le chemin des Plaideurs

Chemin des Plaideurs

 

UNE DESCRIPTION DE LA TRAVERSEE DU VILLAGE PAR LE CHEMIN DES PLAIDEURS EN 1825

 

Le 16 janvier 1825, deux années avant la publication du plan parcellaire, le maire de Saint-Jean présente au conseil municipal un rapport concernant l’état des chemins communaux, notamment de celui du chemin des Plaideurs dans la traversée du village. Cet état détaille par tronçon l’environnement du chemin, nous permettant ainsi d’imaginer ce que pouvait être le village à cette époque. On constate ainsi que l’essentiel de celui-ci était composé de terrains vierges de toute constructions, les seules étant groupées dans un périmètre très restreint faisant face aux habitations situées dans l’enceinte de l’ancienne abbaye.


Le plan parcellaire nous permet de bien saisir et situer la description que nous fait le maire et qui figure dans le rapport transcrit dans le compte rendu du conseil :


Le maire situe son exposé en partant du carrefour du Bocage (côté Pierrefonds).


Voici ce qu’il dit :


« Chemin des Plaideurs de Pierrefonds à La Croix St Ouen, qui traverse le territoire de cette commune, sur une longueur ;

prima, de 98 mètres, bordé de chaque coté d’un fossé en derrière une haie vive, les deux fossés compris forme une largeur de 9 mètres ».

« 2° Une autre partie de 126 mètres bordée d’un côté par un mur et de l’autre par un fossé en derrière une haie vive le fossé compris donne 9 mètres de largeur ».


Situons ces deux tronçons dans le plan ci-dessous ; les 98 mètres du prima, compris entre le carrefour et le coude que fait le chemin et les 126 mètres du deuxièmement, approximativement jusqu’à la hauteur de l’actuelle rue du Couvent.

 

1-partie.jpg

 

« 3° Une autre partie de 189 mètres, bordé d’un côté par des herbiers ce derrière un canal desséché, il se trouve sur cette partie deux petits ponts en pierre de l’autre coté une haie vive et une partie de la place de la commune où il y a des herbes, la largeur est de 7 mètres ».

« 4° Une autre partie de 98 mètres, bordée de haies et maisons, de l’autre coté d’un revers détour sur lequel il y a des herbes, il a en cet endroit 5 mètres de  large ».


Ces deux parties rassemblées dans le plan ci-dessous. La première de 189 mètres arrive à l’ancienne place, (en face la porte fortifiée, le chemin des Meuniers étant beaucoup plus large en ce temps là, comme on le constate sur le plan, était considéré comme place publique avec en son centre le calvaire, qui fut déplacé et que l’on peut voir à présent au carrefour Saint-Jean).


La seconde de 98 mètres arrive à la hauteur du virage du carrefour avec le chemin du Parquet. C’est dans cette partie que se concentre l’essentiel des constructions.


Les deux ponts de pierres apparaissent sous la forme de ces traits bleutés sur le plan. L’un d’eux est celui du ru des Planchettes.

.

 

2-partie.jpg

 

« 5° Une autre partie de 175 mètres de long bordée de haies vives de chaque côté de 4 mètres de large ».


La dernière partie de 175 mètre va de ce tournant à la sortie du village.

 

3-partie.jpg

 

L’exposé du maire se poursuit :


Ensuite une traversé de forêt d’environ 536 mètres.


« 6° Une autre partie traversant des prairies dites de Malassise ayant une longueur de 231 mètres bordée d’herbiers et haies vives de chaque coté cet endroit a 4 mètres 1/2 de large il se trouve deux petits ponceaux en pierre pour passer à pied.

Ensuite une traversé de forêt d’environ 1485 mètres

7° Une autre partie en arrivant au hameau de La Brévière sur à la sortie qui a 392 mètres bordée de maisons, haies vives, brèches et de treillages il se trouve un pont en pierre sur cette partie, l’endroit le plus étroit a 6 mètres et dans quelque autre 7 et 8 (illisible) part forme fossé de longueur pour (illisible) tous les désigner, outre manque sur un plan.

Le dit chemin depuis l’entrée du terroir de Saint Jean, jusqu’à la sortie du hameau de La Brévière a une longueur de 3330 mètres, dont 1309 sur le territoire de la commune et 2201 de traversé de foret.

Autre chemin de Saint Jean à Compiègne parcourant sur le terroir 136 mètres sur 91/2 de large bordé dans la moyenne partie de chaque côté d’une rangé d’arbres qui forme la place de la commune, au bout du dit chemin pour entrer dans la cour commune, il y a un pont en pierre qui a deux arches.

Autre chemin de La Brévière au chemin de Crépy qui conduit à Compiègne, il a 140 mètres de long, sans largeur déterminée, attendu qu’il passe sur un terrain vide qui forme place de ce hameau, les herbes et haie vive qui borde le chemin des Plaideurs appartient aux riverains.

Ledit état a été affiché pendant les quinze jours prescrits par l’instruction de M. le préfet.

Les susdits membres après avoir purement examiné et délibéré, ont reconnu que l’opération du maire était exacte, et ont été unanimement d’avis qu’il ni avait aucun changement à y faire ».

 

Retour haut de page