Classement en grande vicinalité du chemin de G.C.85

Le conseil général, dans sa séance du 24 août 1880 prend en considération le classement dans la grande vicinalité du chemin vicinal n°1.


Le conseil municipal de Saint-Jean consulté à cet effet, dans sa séance du 10 avril 1881, considérant que ce chemin, passant dans le village, « prend chaque jour de plus en plus d’importance en raison du commerce de bois qui s’opère entre les trois communes (Pierrefonds, Saint-Jean-aux-Bois et Lacroix St Ouen), que ce commerce prendra encore plus d’extension dès que les lignes de chemin de fer aujourd’hui en construction seront mises en exploitation. Il est donc d’une utilité incontestable de mettre en communication directe la gare de Pierrefonds et celle du Meux.


Après en avoir mûrement délibéré, le conseil municipal demande à ce qu’il soit donné suite au projet du classement du chemin vicinal n°1 de Pierrefonds à La Croix-Saint-Ouen ».


Lettre 1Comme nous le savons, les projets mettant toujours un certain temps avant de se concrétiser, c’est dans sa séance du 27 avril 1892 que le conseil général classe dans la grande vicinalité, le chemin de grande communication n°85. (ex-vicinal n°1)


Par lettre en date du 12 mai 1892, le sous préfet informe le maire de Saint-Jean que par arrêté du 10 mai le préfet accepte « l’offre de concours consentie par votre commune en faveur des travaux d’achèvement des chemins dont le classement dans la grande vicinalité a été prononcée, … en exécution des dispositions de l’article 7 de la loi du 21 mai 1836 ». (Somme s’élevant tout de même à 8 750 francs).


L’article 7 en question précise qu’en cas de classement d’un chemin dans la grande vicinalité « … le conseil général désigne les communes qui doivent contribuer à sa construction ou à son entretien. »


« L’offre » de la commune de Saint-Jean n’était pas si spontanée dans la mesure où le devis présenté par l’administration des Ponts et Chaussées, s’élevant pour la commune de St Jean aux Bois à 17 500f,00, la moitié, soit 8 750f,00, devait être fournie par la commune.


Par délibération en date du 24 mai 1891, le conseil « avait cru devoir faire remar-quer qu’il pourrait être fait sur l’ensemble des travaux, une économie totale de 3 500f,00 ce qui réduisait à 7 000f,00 la part contributive de la commune ».


Lettre-2.jpgOr, par une lettre du 29 décembre 1891, l’ingénieur en chef informe le maire que « Le conseil général a posé comme condition absolue que tout nouveau classement dans la grande vicinalité demeure subordonné au vote par les communes de la somme représentant la moitié des dépenses à faire sur leur territoire pour la mise en bon état de ces voies ».


C’est-à-dire que le vote intégral de la somme de 8 750f,00 était une condition sine qua non du classement projeté.


Dans ces conditions, le conseil municipal, dans sa séance du 11 janvier 1892, se trouve contraint de voter :


« 1° Un prélèvement de 1 250f,00 sur les fonds disponibles.

2° Une imposition extraordinaire et annuelle de 1 500f,00 pendant cinq ans dont les bases sont calculées ci-après.

Mais considérant qu’à raison de l’insuffisance de ses ressources, la commune ne peut, qu’en s’imposant extraordinairement, pourvoir au paiement de la dépense projetée ;

Et considérant que le principal des contributions directes de la commune s’élève à 12 347f,27  dont le cinquième est de 2 469f, 45.

Est d’avis que la commune de St Jean aux Bois soit autorisée à s’imposer extraordinairement en cinq années, à partir de 1893, par addition au principal de ses quatre contributions directes, la somme de 1 500f,00 représentant annuellement 12 centimes 15 centième par franc ».


Le chantier le plus important concerna, entre le 1er avril et le 31 juillet 1893, les travaux d’écrêtement des cotes de Malassise alors trop prononcées. Nous pouvons remarquer cet écrêtement par le talutage existant au niveau de la descente vers les Kharites, un peu après la sortie du village.

 

 1 Talutage

La-D-85-3.jpg

2 Talutage      3-Talutage-copie-1.jpg

P1040995.JPG

 

SITE.jpg 

4 réflexions sur “Classement en grande vicinalité du chemin de G.C.85”

  1. le site est une de mes premières lectures du matin, je suis heureux de faire partie des 10010 visiteurs, pour nous qui apprécions notre village la visite est toujours enrichissante, merci Robert

  2. On est aussi très heureux de visiter régulièrement ton site. Il nous apprend beaucoup de choses sur notre village que nous aimons et tout récemment la rue des Plaideurs où nous habitons
    et dont nous avons ainsi découvert ses origines! Et puis chacun peut y retrouver les activités diverses des associations dont tu n’oublies pas le moindre détail. Merci… et bon
    vent pour la suite.  

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page