Le chemin des Plaideurs (1)

La description qui suit du chemin des Plaideurs, ne traite que de la partie de forêt située sur le territoire de la commune de Saint-Jean-aux-Bois, c’est-à-dire entre le carrefour des Biches sur la D 85 (côté Pierrefonds) et son débouché sur la route de Champlieu (côté La Croix-Saint-Ouen). (se reporter au tracé ci-dessous en rouge)


Désignation au classement de 1840 :

Numéro d’ordre : 1

Nom sous lequel le chemin est communément désigné : Chemin des Plaideurs de Pierrefonds à la Croix-Saint-Ouen passant par Saint-Jean et La Brévière.

Point où il commence : Commence au carrefour des Biches limites du terroir vers Pierrefonds.

Du lieu vers lequel il tend, des lieux qu’il traverse, tels que hameaux, ruisseaux guéables, ponts, etc. : Est traversé par quatre ponts en pierres, traverse la commune de Saint-Jean, passe devant Malassise, dans La Brévière et tend vers La Croix-Saint-Ouen.

Du lieu où il se termine : Se termine à la route Champlieu, limites de terroir.

Longueur en mètres sur le territoire de la commune : 7520m.

Largeur moyenne : 5 à 6 mètres.

Classé le 14 février 1826. A maintenir au nombre des chemins vicinaux.

 

Trace-du-chemin-des-Plaideurs-copie-2.jpg

 

Dans son « Histoire du Duché de Valois », Claude Carlier écrit au livre V, page 277 :


«Cette forêt n’a pas toujours été percé de routes et entretenue comme elle est. Avant le règne de François 1er, on n’y voyait aucune route percée en ligne droite ; elle n’était traversée que par des chemins tortueux, dont il n’y avait presque que celui de la chaussée de Brunehaut, dans lequel on ne courrait aucun risque de s’égarer. Après cette chaussée, le chemin de Soissons à Compiègne et de Compiègne à Verberie ; ceux de Crépy, des Plaideurs, qui conduit de La Croix à Pierrefonds, sont les plus anciens : les autres n’étaient que des sentiers étroits, souvent coupés de ronces et autres morbois, semblables à des détours de labyrinthe, où l’on n’osait s’engager sans un guide».


Dans son livre « La Forêt de Compiègne de A à Z », voici ce que dit René Mouton du chemin des Plaideurs : «Une des quatre voies seulement qui sillonnaient la forêt au 15e siècle. Ce chemin était emprunté par les habitants de La Croix-Saint-Ouen pour aller demander justice au Bailli de Pierrefonds. Sur la carte de 1948, il figurait encore sous cette dénomination depuis La Croix-Saint-Ouen (où il porte le nom de rue des Plaideurs) jusqu’à la Brévière par les carrefours du Poulinet, des Plaideurs, du Palis Drouet et de la Brévière. Sur les cartes de 1971 et de 1975, il s’arrête au carrefour des Plaideurs. Cet abandon regrettable est confirmé sur le terrain, car, si l’on retrouve encore son tracé au-delà de ce carrefour, il n’est plus entretenu et la végétation reprend vite le dessus : c’est ainsi que disparaît peu à peu un témoin du passé. Il coupe la route du Pont de la Reine à 100 mètres au Nord du Carrefour des Plaideurs, traverse une jolie futaie de chênes (entreillagement des Satyres) et aboutit à la route de Champlieu à 200 mètres au Nord du Carrefour d’Actéon. Au-delà, toute trace a disparu car la parcelle 6 qu’il traversait a été complètement bouleversée par les bulldozers de forestiers technocrates aux initiatives malheureuses (les résultats le prouvent). Il coupait ensuite le petit chemin du grand marais à 200 m du Carrefour du Dragon, puis la route des Eluas pour aboutir au Carrefour du Palis Drouet à travers la parcelle 15. On le retrouve depuis ce dernier carrefour jusqu’à la Brévière. De là, il suivait à peu près le tracé des CD 33 et 85 par Saint-Jean-aux-Bois, le Carrefour des Bocages, la Fauconnerie où il escaladait la Tête Saint-Jean, le Carrefour du Hêtre, le Carrefour Saint-Nicolas, le Bout de voie, les Biches, le Voliard. Son parcours sinueux était de 10.781 mètres depuis le territoire de La Croix jusqu’aux premières maisons de Pierrefonds. Largeur moyenne : 6 mètres».


C’est dire que le chemin des Plaideurs qui traverse Saint-Jean, longe Malassise et coupe La Brévière ne date pas d’hier. Si nous trouvons son tracé sur le relevé cadastral de 1827 et sur la carte établie en 1833, à l’occasion du nouveau découpage de la forêt entre les communes de Saint-Jean, Orrouy et Morienval, nous sommes obligés de constater que le tronçon dont parle René Mouton ne figure plus sur les dernières cartes de l’I.G.N.


Ce chemin existe toujours sur de grands tronçons, et pour cause, puisqu’il est devenu un axe routier important, la D 85, reliant Pierrefonds à La Croix-Saint-Ouen, traversant Saint-Jean, et frôlant Malassise. A cette hauteur, le chemin des Plaideurs, laisse sur sa gauche la route du Maine (D 85) qui part sur La Croix et continue en direction de La Brévière (devenant la D 85E). Un peu plus haut, il coupe la D 332 qui mène à Compiègne. Il pénètre, traverse et sort de La Brévière sous le nom de chemin des Plaideurs, conservant le tracé qui fut le sien depuis des temps forts reculés.


Par contre les parties qui ne sont pas devenues routes de grande circulation, sont peu entretenues, comme le tronçon qui court depuis le carrefour de Saint-Nicolas de Courson, sur la tête Saint-Jean et le raidillon caillouteux qui plonge sur le carrefour de la Fauconnerie, puis sur Saint-Jean en rejoignant la D 85 et le carrefour du Bocage.

 

Jusqu’à La Brévière ainsi que dans sa traversée, nous avons affaire à une chaussée goudronnée entretenue par la commune. Au delà, le chemin des plaideurs se présente sous la forme d’un chemin herbeux subissant par endroits les dommages de l’activité humaine, animale et naturelle.


Nous en tenant comme précisé plus haut au seul territoire de la commune de Saint-Jean, le chemin des plaideurs commence au carrefour des Biches (au bord de la D 85) passe au carrefour du Bout de Voie et arrive au carrefour de Saint-Nicolas-de-Courson, au sommet du dernier virage de la côte de Pierrefonds (D 85). A cet endroit, le chemin des Plaideurs poursuit son ancien tracé par le carrefour du Hêtre, puis aborde le raidillon que nous venons de citer.


P1040514Dans la traversée de Saint-Jean le chemin devient rue des Plaideurs D 85. A la sortie du village il poursuit en direction de Malassise, traversant au passage les «Kharites».


A la hauteur de Malassise nous en revenons à la description donnée plus haut, jusqu’à sa sortie de La Brévière.


Passant par le carrefour de La Brévière, situé à quelques centaines de mètres de la sortie du hameau, les  tracés de 1827 et 1833 nous dirigent sur le carrefour du Palis Drouet, 800 mètres plus loin environ.


C’est à partir de ce dernier carrefour que le chemin des Plaideurs s’évanouit.


Déjà sur le poteau, le nom de « Chemin des plaideurs » n’apparaît que pour la direction d’où nous venons, mais plus pour la direction que nous devons emprunter.


Le tracé originel du chemin des Plaideurs, à compter de ce carrefour, se perd dans la nuit des temps comme l’écrit René Mouton.

      à suivre

Retour haut de page