Les impressions d’un visiteur de Saint-Jean (premier article 2)

Après ce premier exercice, ont lieu deux courses enfantines, l’une pour les enfants de sept ans, l’autre pour les enfants de dix ans. C’est l’affaire d’un instant seulement.


146-copie-2.jpgLa commission annonce que la course en sac va avoir lieu et invite les amateurs à se présenter. Elle fait remarquer que les 2e et 3e prix du mat de Beaupré ayant été ajoutés aux quatre prix déjà consacrés pour ce jeu, le nombre de prix se trouve ainsi porté à six. Trois courses devant avoir lieu, c’était par conséquent deux prix pour chaque.


Je fus bien étonné en voyant un petit garçon, ayant à peine un mètre de hauteur, gagner la première course et dépasser ses concurrents du tiers du parcours. Il n’allait que sur un pied. On fait la seconde course. Le vainqueur de la précédente n’avait plus le droit de concourir. Chacun s’ébranle au signal du départ. Dès les premiers sauts, voilà tout le monde par terre sauf un seul qui parvient au but. Les autres n’ayant pas franchi le parcours ni les obstacles, il n’y a qu’un prix de décerné ; ce qui était parfaitement juste. 

 

147 copieOn procéda ensuite au jeu de ciseaux pour les petites filles ; puis au jeu du pigeon captif pour les dames. Ce genre de divertis-sement est bien connu ; mais il prit pour moi un charme de nouveauté par l’entrain que toutes les dames y mettaient. Enfin l’une d’elles — une des plus jeunes et des plus gracieuses — lançant la balle, fait tomber la pyramide et le petit clocheton où se trouvait le pigeon. Mais c’était un Jacquot qui prend son vol aussitôt et s’en retourne à son logis. Le second pigeon est également délivré et l’on termine par la surprise. Elle fut gagnée par une dame qui ne voulut pas montrer ce que c’était. Jugez du hourra formidable qui s’éleva à la vue de toutes les dames s’empressant pour voir le joli bébé !…


La soirée s’avançait malheureusement. L’heure me pressait. Il me fallut dire adieu à Saint-Jean-aux-Bois et à ses aimables habitants pour reprendre la route de Compiègne d’où le train de 8 h 34 devait m’emmener à …


Agréez, je vous prie, Monsieur le rédacteur, etc…


                                                                           (Un touriste des environs)


Retour haut de page