Un 14 juillet à Saint-Jean

L-echo.jpg

 

Voici comment ce journal daté du 22 juillet 1881 relate le déroulement du 14 juillet dans notre commune :


La commune de Saint-Jean-aux-Bois a célébré avec un éclat tout particulier, la fête du 14 juillet.


Dès la veille, la fête commença par les salves d’artillerie tirées par les gardes forestiers, sous la direction du brigadier Massonnet, salves auxquelles répondaient les autres forestiers des alentours, ainsi que les habitants du pays, possesseurs de fusils ou de bombes qui faisaient retentir les échos de la forêt de Compiègne.


Le 14 juillet, dès 4 heures du matin, les salves d’artillerie recommencent aussi nourries que la veille.


De 7 heures à 10 heures du matin, une distribution de bons de pain fut faite à la mairie par les soins du garde champêtre aux personnes reconnues les plus nécessiteuses.


À 2 heures de l’après-midi, le conseil municipal se réunissait à la maison commune et passait en revue le corps des sapeurs-pompiers, et la jeune Société musicale qui avait été convoquée par le conseil municipal, et qui avait accepté avec empressement pour rehausser, par sa présence, l’éclat de cette fête nationale.


119-copie.jpgPendant la revue, la fanfare fit entendre plusieurs morceaux de son répertoire, appris à la circonstance, entre autres, l’hymne national de la Marseillaise ; puis eut lieu, musique en tête, le défilé des pompiers qui ont parcouru les rues.


Des rafraîchissements furent offerts ensuite par la municipalité, aux membres des sociétés.


À trois heures et demie, commencent les jeux pour les jeunes garçons ; ce sont d’abord les courses de longues distances (soit 500 mètres environ), pour les enfants de 10 à 12 ans. Deux prix sont destinés aux vainqueurs ; sept garçons y ont pris part.


 Trois autres prix de moindre valeur étaient destinés aux jeunes gens de 7 à 9 ans, huit garçons y ont pris part.


À 5 heures vient l’assaut au mat de cocagne, 3 prix en forme l’enjeu. Une surprise y avait été ajoutée par M. le maire de la commune.


Ces trois prix ont été gagnés par un pompier et un jeune garçon.


À 6 heures avait lieu le jeu de ciseaux, pour les jeunes filles.


À 8 heures et demie, illumination préparée pour la circonstance, par les soins de l’instituteur, avec le concours de plusieurs personnes dévouées.


À 9 heures, un bal public a commencé devant la place de la mairie, et l’on y a dansé avec entrain jusqu’à une heure très avancée de la nuit”.



Retour haut de page