Une étude du docteur Hammel sur les naissances.


Résumé de l’étude démographique dans la commune de Saint Jean aux Bois, depuis 1650 jusqu’en 1945, établie par le docteur Hammel, alors maire de Saint Jean.


Monsieur Hammel a accompagné son étude d’un graphisme malheureusement trop grand pour être reproduit ici.


Docteur-Hammel.jpgCette étude fait ressortir le niveau nettement plus bas pour les périodes du XVIIe et XXe siècle, en comparaison du niveau nettement plus élevé aux XVIIIe et XIXe siècles. Néanmoins le niveau des naissances est presque chaque année plus élevé que le niveau des décès. Cet excédent de vitalité prépare l’augmentation de la population qui s’affirme dès le début du 19e siècle. Au contraire, au 20e siècle, surtout après la guerre de 1914/1918, le nombre des décès est presque toujours supérieur au nombre des naissances et annonce la lente dépopulation du village. On ne compte même aucune naissance pour les années 1918 et 1938.


D’autre part, pour les 17, 18 et 19e siècles on notera aisément les hivers très rigoureux qui entrainent de nombreux décès : 1694, demeuré célèbre ou 1871. D’autres années de fortes mortalité correspondent à des années d’épidémie (grippe, choléra, etc.)


On notera la baisse des naissances qui correspond aux guerres de la révolution et de l’empire, puis plus tard aux guerres de 1914/18 et 1939/45.


Si l’on dénombre les naissances, non plus par année mais par période de 10 ans, les décennies qui ont compté le plus de naissances ont été :


       1710 – 1720  = 129 naissances

 1780 – 1790 = 136        “

1790 – 1800  = 147        “

1810 – 1820  = 130        “

1830 – 1840  = 133        “

1840 – 1850  = 142        “

1870 – 1880  = 141        “

 En comparaison :

1910 – 1920  =   49        “

1920 – 1930  =   49        “

1930 – 1940  =   24        “

 

Les périodes de plus fort accroissement naturel (excédents  des naissances sur les décès) ont été :

1660 – 1670  = +34

1670 – 1680  = +39

1700 – 1710  = +27

1750 – 1760  = +29

1780 – 1790  = +61

1810 – 1820  = +58

1820 – 1830  = +34

1840 – 1850  = +40

1850 – 1860  = +26

 

Les périodes déficitaires ont été surtout (excédents des décès sur les naissances)

1890 – 1900  =   -6

1900 – 1910  =   -9

     1910 – 1920  = -30 (guerre 1914/18)

1920 – 1930  = -21

1930 – 1940  = -21

 

Au 18e et 19e siècles on compte presque constamment plus de 30 mariages par période de 10 ans (41 de 1810 à 1820)

 


Retour haut de page