Les bâtiments conventuels de l’abbaye

 

Bâtiments conventuels et église-1

 

Pour comprendre le croquis ci-dessus avec les yeux de l’observateur d’aujourd’hui, projetons-nous à la hauteur de la rue des Plaideurs au débouché de la rue du Couvent. Nous avons une vue sur ce qui est la Moussière actuelle, à l’époque terrains de culture potagère, l’église se présentant sur sa face sud. Nous apercevons d’ailleurs la pointe de la tourelle.


Position de l'observateur copieNous avions en partant de l’église, l’ancienne sacristie surmontée du chartrier dont on voit les traces sur le mur sud de l’église, la salle capitulaire, puis les bâtiments conventuels. Sur le croquis ci-contre nous ne voyons que le premier étage. La toiture et la charpente ont disparues.


La date indiquée sur le dessin 1840/1847, ne paraît pas exacte dans la mesure où ces bâtiments à ce moment là étaient détruits ; les documents en notre possession l’atteste.


Léré, observateur et narrateur zélé de Compiègne, lors d’une visite qu’il fait à Saint Jean en 1823 nous laisse un dessin, reproduit ci-contre, qu’il intitule “Vue de la face Méridionale de l’ancien Monastère de Saint Jean aux Bois, du côté du jardin”. Quand on connaît le côté méticuleux de Léré pour décrire les choses qu’il voit et la façon qu’il a de les traduire ensuite sur le papier, ce dessin, bien que naïf et sans perspective, a le mérite de se rapprocher au mieux, de ce que l’estimation de 1794 et les actes de ventes de 1826 et 1827 décrivent.

 

Ces bâtiments qui avaient été estimés en prévision de la vente le 20 floréal an II (9 mai 1794) donne un certain nombre d’informations très intéressantes. “Le presbytère contient quatre-vingt-quatre pieds (27 mètres, 20) de bâtiment à deux étages. Plus le suivant chapitre avec les deux salles tenant au grand bâtiment avec la basse-cour que nous prenons avec, le tout à bas étage et le bâtiment du jardinier et une loge…”.

 

Le relevé cadastral de 1826/1827 nous montre bien les bâtiments claustraux tels qu’ils étaient placés perpendiculairement à l’église.

 

PAGE 55-1 copie

 

Une note trouvée dans les archives précise : « On a commencé la démolition en mars 1828 estimée 2 000 francs ». Léré écrira : “Le 5 avril 1828 il ne restait plus que deux petits bâtiments, la portion la plus considérable des autres a été démolie et les matériaux vendus à Trosly, à Morienval et surtout les bois. Il paraît que les murs ne sont pas encore démolis”* Le croquis semblerait confirmer cette description, puisque, comme dit plus haut, ce qui est toiture et charpente sont absentes, seuls les murs sont debout.

 

Je pense que l’on peut se permettre d’en conclure, en se laissant toutefois une marge d’appréciation, que la disparition des bâtiments claustraux de l’abbaye, eut lieu entre 1827 et 1829.

 

Le croquis que nous avons sous les yeux ne peut donc dater que de cette époque et non de la période 1840 et 1847.

 

Retour haut de page