Gymnastique et tir au fusil à l’école (1)

 

Vues sur la place de l’église


Les photos ci-dessous sont intéressantes à plus d’un titre.

 

Eglise-facade-nord-1-copie.jpg


Il s’agit là des photos de Saint Jean à classer parmi les plus anciennes. En effet les deux premières peuvent être datée d’avant 1890 (88 ou 89), la première antérieure de peu à la seconde. Expliquons-nous.


D’après l’état des abords de l’église les travaux de restauration sont en phase terminale ou viennent d’être terminés. Sur l’une des photos il subsiste quelques gravats ainsi que la cabane de chantier. Sur la seconde, le chantier est dégagé, seule la baraque subsiste.


Après le déplacement du cimetière, une quinzaine d’années plus tôt, la place a été aménagée avec ses deux allées et les terre-pleins engazonnés, sous l’aspect que nous lui connaissons encore aujourd’hui mais elle est nue, sans arbres.

 

Eglise--facade-laterale-1.jpg


La gymnastique à l’école


Le portique que nous voyons au premier plan avait été aménagé en 1882 dans le but d’amener les élèves à la pratique de la gymnastique.


C’est l’époque où les exercices physiques étaient prônée dans le but de forger des individus forts et sains qualités jugées indispensables au développement des qualités intellectuelles.


Devis-estimatif.jpgPar deux lettres distinctives, l’une à l’instituteur, l’autre au maire, datées des 14 et 15 mai 1882, l’inspecteur primaire, dans des termes sensiblement identiques, insiste sur le fait que “l’enseignement de la gymnastique, y compris les exercices militaires et de tir, est obligatoire dans toutes les écoles primaires qu’elle qu’en soit l’importance “.

 

Cette instruction est même étendue aux cours des adultes de 14 à 20 ans et l’instituteur reçoit “l’ordre d’organiser de la manière la plus sérieuse ces exercices militaires complets qui auront lieu chaque dimanche “.

 

Le 1er août 1881, le maire avait été informé par le Sous-Préfet qu’un certain nombre d’appareils et d’agrès de gymnastique avaient été attribués par le ministre de l’instruction publique à l’école de Saint Jean aux Bois.

 

La commune avait aménagé un portique à cet effet pour recevoir les cordes, anneaux, échelle et  autre matériel, pompeusement appelé alors gymnase. (Celui que nous voyons sur la photo)

 

N’oublions pas que l’époque était celle d’un contexte particulier avec la défaite de Sedan encore dans les esprits avec ses idées de revanche.

 

(A suivre)



2 réflexions sur “Gymnastique et tir au fusil à l’école (1)”

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page