Les registres d’état civil (suite)

 

4ème article

 

Entre 1650 et 2002, pour une population moyenne de 400 habitants, nous enregistrons 6738 actes dont : 3026 naissances, 956 mariages, 2694 décès, 19 divorces et 43 actes divers (transcriptions de naissances et décès, reconnaissance d’enfants, rectifications d’actes, décès d’enfants en nourrice, etc.)

 

 Tous ces actes ont été transcrits d’une façon lisible et chaque fois que cela a été possible les filiations ont été reconstituées au bas des actes. Les tables décennales qui n’existent que depuis 1792 ont été constituées pour tous les actes précédents et ce depuis 1650.


Ces registres peuvent être consultés sur le site de « La Mémoire de Saint Jean » :


www.memoirestjeanauxbois.com

 

 

L’utilisation du calendrier républicain dans les actes

 

An II-1793 - 1794-1À Saint Jean l’utilisation du calendrier républicain ne semble pas poser trop de problème.


Le registre de 1793 ouvert au premier janvier, comprend non seulement les actes des 9 premiers mois de cette année-là, mais avec l’application du nouveau calendrier républicain au mois de septembre (vendémiaire), il sera utilisé jusqu’au mois de septembre de l’année suivante. Il comprend donc 23 actes pour 1793 et 20 pour l’An II (1794). Avec ce registre nous voyons aussi le nom de Saint Jean aux Bois disparaître au profit de La Solitude.

 

Quatre actes seulement sont rédigés avec l’ancien calendrier alors que le nouveau est censé être en application. Dès le 1er frimaire an II (21 novembre 1793) les actes apparaissent avec les dates du calendrier républicain.


Son abandon au 1er janvier 1806 ne posa également aucun problème. Le dernier acte daté avec le calendrier républicain est du 7 nivôse an XIV (28 décembre 1805) alors que le premier acte daté avec le calendrier grégorien est du 3 janvier 1806.


An II-1793 - 1794-7Le nouveau calendrier et l’euphorie révolutionnaire aidant, certains habitants de St Jean n’hésiteront pas à donner à leurs nouveaux nés des prénoms comme Prairial Bara pour le fils Leleu. Nous aurons : Basilique Thermidor Lefèvre, Thermidor Langelez, Louis Vendémiaire Cornet. Ou encore des garçons  aux prénoms plus poétiques : Rose Cailleux, La Fleur Rémy, Louis La Fleur Le Vasseur, Pierre La Fleur Rossard. Cette mode ne durera que l’espace d’une bonne année.

 

Le 22 janvier 1793 une proclamation du Conseil exécutif provisoire avait fait défense à tous curés, vicaires et autres prêtres du culte catholique, de dresser, sous quelque prétexte que ce soit, des actes (…) relatifs au mode de constater l’état-civil des citoyens”.

 

C’est ainsi que Firmin Renard, officier de l’état civil rédige 15 actes de naissances, enregistre 13 décès et célèbre 5 mariages. Il occupe ce poste jusqu’au 24 germinal an II (13 avril 1794) où il sera remplacé par Jean Michel Tourneur qui enregistre les suivants.

 

 

 

Sommaire-9.jpg


Retour haut de page