Disparition de Rolande Legrand

 

Rolande jeune fille -1926Hier après-midi nous avons appris la disparition de madame Rolande Legrand dans sa 99e années.


Si pour beaucoup de nouveaux habitants elle n’évoque aucun souvenir, bien que résidant depuis des années à Coudun, lieu de ses activités professionnelles, elle était par contre encore connue de beaucoup d’entre nous.


De son nom de jeune fille Verrier, vieille famille de Saint Jean, elle était née le 16 avril 1913 ici même. Son père Roland est tué à la guerre le 23 avril 1917 à Couvrelles dans l’Aisne.


Sa mère Lucie Rollet l’élève seule.


Elle est adoptée par la nation le 18 février 1920 et devient ce que l’on nommait les “Pupilles de la nation”.


Grands-Parents-17-05-1937--copie.jpgElle entre à l’école le 1er octobre 1918. Brillante élève elle obtient son certificat d’études primaires au mois de juin 1925, puis passe avec succès le concours des bourses en 1926. Elle obtient en 1930 son brevet. Puis ce sera l’école normale d’où elle sortira institutrice. Elle deviendra par la suite directrice d’école à Coudun.


Le 4 septembre 1934 à Saint Jean, elle épouse Roland Legrand, fils de monsieur Louis et madame Julie Legrand, boulangers du village.


Rolande Legrand était un puits de souvenirs. Dotée d’une excellente mémoire elle était particulièrement fière de parler de son enfance et de sa jeunesse à Saint Jean. N’était-elle pas venus nous en parler lors de la préparation de l’exposition « Un siècle à Saint Jean » en l’an 2000.


Elle sera inhumée mardi prochain vers 16 heures dans le caveau de famille à Saint Jean.

 

Roland-Rolande-01.jpg

Roland-Rolande-02.jpg


Nous serons présent pour honorer la disparition d’un témoin d’une époque à jamais révolue. C’est une partie de notre mémoire collective qui nous quitte à jamais.

 

Les photos nous ont été aimablement confiées par Michel Théveniault, fils de Gisèle, elle-même fille de monsieur et madame Legrand et sœur de Roland.

 


4 réflexions sur “Disparition de Rolande Legrand”

    1. Et si tu savais comme je regrette de na pas en avoir fait plus depuis 35 ans que nous sommes ici.

    1. Figure-toi que tu n’est pas toute seule. Aujourd’hui j’en suis à courir après des témoignages pas toujours fiables et des photos. C’est énervant.

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page