Changements sur le plan politique

II – Quelques changements sur le plan politique. Fronde d’élus à Saint Jean.

 

05---18-SEPTEMBRE-1831Les événements de juillet 1830, l’abdication de Charles X et l’avènement de Louis Philippe 1er ne semblent pas avoir marqué les esprits de nos habitants. Les informations à ce sujet sont parcimonieuses, même dans les documents officiels qui arrivent en mairie.

 

Sur le plan politique quelques assouplissements sont apportés notamment au niveau  des élections communales. Alors que jusqu’à ce jour les maires, adjoint et conseillers étaient désignés par le pouvoir central, la loi du 21 mars 1831 admet les élections des conseillers par des électeurs communaux.

 

Ceux-ci sont pris dans des proportions définies par la loi parmi les citoyens les plus imposés et âgés de 21 ans accomplis. A Saint Jean ces électeurs sont au nombre de quarante et le conseil composé de dix membres âgés d’au moins vingt-cinq ans. Les élections se déroulent le 18 septembre 1831.

 

06---02-OCTOBRE-1831-1Les femmes, bien entendu, sont totalement exclues de ces consultations. Cela durera encore plus d’un siècle.

 

Le 2 octobre 1831, un arrêté préfectoral nomme Leduc Alexandre propriétaire, maire, et Leroy Jacques, meunier, adjoint.

 

Le 30 octobre 1831, le corps municipal est mis en place et les conseillers sont invités individuellement, ainsi que l’exige la loi, à prêter le serment de “fidélité au roi des français, obéissance à la charte constitutionnelle et aux lois du royaume”.

 

C’est alors que cinq conseillers refusent de prêter serment et qu’un sixième ne se présente pas.

 

Le 29 mars 1832, le Préfet considère “que ces six conseillers sont démissionnaires pour avoir refusé de prêter serment, le conseil municipal de la commune de St Jean aux Bois est devenu incomplet pour les causes ci-dessus exprimées”.


08---8-AVRIL-1832-Procès-verbal-d'électionsEn conséquence l’assemblée des électeurs communaux de la commune de St Jean aux Bois est convoquée le dimanche 8 avril 1832 pour élire six conseillers municipaux en remplacement des démissionnaires.

   

Les mêmes seront réélus avec cette fois une moyenne de voix supérieure au scrutin du 18 septembre 1831, ce qui tendrait à prouver qu’ils n’avaient pas été déjugés et qu’ils représentaient un sentiment partagé par beaucoup.

 

Face à ce résultat, le 12 mai, le Préfet autorise le maire à rassembler le Conseil municipal pour sa mise en place. Ce qui se fera le 20 mai suivant. Cette fois, un seul conseiller persiste dans son refus, les autres conseillers prêtent le serment.

 


Retour haut de page