11 novembre 2011

Le 11 novembre, cérémonie du souvenir

 

Panorama_sans_titre1.gif

 

Comme chaque année les morts de la guerre de 1914 – 1918 sont honorés, là où leurs noms sont gravés, dans la pierre du monument aux morts. Moment d’émotion devant cette longue liste ouverte par sept tués dès les premiers jours de la guerre.


Panorama sans titre2Entre le 7 septembre et le 10 octobre 1914 : Crampon Eugène, Baudrin Félix, Langelez Norbert, deux copains d’enfance tués le même jour au même endroit dans l’Aisne à quelques kilomètres de leur village, Boutanquoi Louis, Warin Eugène, Tourneur Constant, Langelez Marcel furent tués aux combats.


Dès le début de la guerre 53 hommes de Saint Jean sont mobilisés.

 

P1010008.gif P1010009.gif


A la fin de la guerre notre village, à l’instar de millier d’autres en France, compte 24 tués à la guerre, dont douze furent portés disparus. Un seul fut retrouvé, Maurice Billoré, enterré au cimetière militaire de Rancourt dans la somme. Les onze autres restent ensevelis dans les champs de bataille.

 

P1010010-copie-1.gif P1010011-copie-2.gif


Le tribunal civil de Compiègne les déclarera « Mort pour la France » au cours des années 1919, 1920 et 1921.

 


6 réflexions sur “11 novembre 2011”

    1. Je n’ai pas souvenir de l’emplacement du monument à hauteville ou vaguement. Rappelle-le moi à l’occasion.

    1. Je suis allé sur la vue aérienne d’Hauteville avant de te répondre, mais ça ne donne pas suffisemment de précisions. Il y a une photo de l’église mais on ne voit pas le monument aux morts. Merci
      du renseignement.

      Bonne journée et bisous d’encouragement.

  1. Si seulement cette cérémonie pouvait donner à réfléchir à chacun… mais ce n’est pas gagné quand on voit toutes les atrocités qui se perpétuent hélas dans le monde. 

    1. D’accord avec toi. Mais je ne suis pas pour le dernier texte voté par l’assemblée qui associe les morts de toutes “les guerres” aux cérémonies du 11 novembre. La guerre de 14/18 doit conserver la
      place qui est la sienne depuis 1918 et elle seule.

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page