Que de monde

 

7Les archives de la période révolutionnaire ont, au travers des nombreux recensements faits dans ce laps de temps, l’avantage entre autre, de comptabiliser, non seulement la population mais aussi tous les grands animaux domestiques.


C’est un véritable pointage par maison et par village. On tire donc de ces recensements des images très intéressantes sur la vie locale de cette époque.

 

49Ainsi prenons un exemple. En l’année 1794, alors que la population est de 311 hommes, femmes et enfants, la population animalière se chiffre à 216 vaches, 67 chevaux et bourriques et 103 porcs, soit un total de 386 gros animaux. C’est-à-dire un nombre supérieur à celui des êtres humains.

 

Ne sont pas comptabilisés les poules, canards et autres volatiles qui devaient aussi représenter un sacré cheptel.

 

12 PAGE-226pdfImagine-t-on ce que devaient être les rues du village à cette époque, sans parler des odeurs nauséa-bondes qui devaient y flotter en permanence. Et puis par moment ce devait être un sacré tintamare.


Quand on pense à ceux qui aujourd’hui rouspètent, à juste raison, contre les crottes de chien, que diraient-ils s’ils se trouvaient confrontés à un tapis de bouses, de crottins, fientes en tous genres.


102-copieOn imagine les glissades que cela devait provoquer de temps à autre et la tête de ceux qui se retrouvaient confortablement assis sur une bouse de vache.


Il est évidant qu’à l’époque on aurait pu appelé le village St Jean les Bouses, heureusement qu’il portait déjà le nom plus poétique de St Jean aux Bois.

2 réflexions sur “Que de monde”

  1. J’ignore si ceux qui vivent en ville aujourd’hui arriveraient à vivre à la campagne…

    Mais ce que je sais, c’est que la vie s’est beaucoup améliorée, peut-être au détriment des animaux que l’on parque davantage.

     

    1. La majorité de ceux qui habitent ce village ont leurs activités en ville, Compiègne et sa région et même Paris. Ils sont tous bien heureux de rentrer le soir et de passer les fins de semaine au
      calme.

      Quant aux animaux, pour eux aussi la vie a bien changé. Quand je pense à mon enfance et que je compare à aujourd’hui….

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page