Le clocher

15.gifLes historiens s’accordent pour reconnaître que l’église abbatiale de St Jean aux Bois possédait un clocher. Certains avancent sa construction à l’année 1273, sous le règne de l’abbesse Odette d’Offémont. L’église venait d’être achevée.


Plusieurs représentations de ce clocher existent, notamment sur un plan cavalier de l’abbaye du XVIIe siècle et sur le tableau d’Oudry réalisé en 1636. Où les avis divergent c’est sur le type de construction qui existait. Certains évoquent un clocher en pierre, placé sur la nef, un peu en arrière du transept, carré et à un seul étage ; sa toiture formait une pyramide à quatre pans.


Pierre-BRESSET-Carton-C-1D’autres parlent d’un beffroi en bois beaucoup plus léger, les murs de la nef n’ayant pu supporter un clocher si celui-ci avait été en pierres.

 

Les représentations évo-quées ci-dessus sont trop imprécises pour permet-tre de trancher la question.


Ce qui importe de nos jours, c’est de savoir si une construction a bien existé à cet endroit. Si l’on observe les murs intérieurs dans les combles, on remarque en effet des traces de ce qui auraient pu être des appuis à une telle construction. L’un d’entre eux est particulièrement en saillie. Ces quatre amorces de maçonnerie se situent au-dessus de la première travée de la nef. De là à affirmer que le clocher se trouvait à cet endroit reste hypothétique.


Façade-nord-de-l'égliseCe qui est certain, c’est la présence à un moment donné d’une construction à cet endroit. Un croquis réalisé par l’architecte Mimey avant la restauration de l’église en 1863, fait apparaître nettement un décrochement dans la toiture à la hauteur de cette travée.


Une autre question subsiste : à quelle époque cette construction a-t-elle disparue ?

 

Les abbesses ont quittées St Jean en 1636 et le clocher semblait encore en place. Les chanoines qui les ont remplacé ont entrepris de nombreux travaux d’aménagement, par toujours heureux semble-t-il.


Mur-côté-nord-vers-la-rosace-copie-1 Mur-côté-nord-vers-le-transept 

 

A l’intérieur, le chœur fut entouré de boiseries prolongées jusque dans la nef, les peintures murales disparurent sous une couche de lait de chaux. A l’extérieur les fenêtres en lancettes furent aveuglées à des hauteurs différentes et pour permettre aux habitants de pénétrer dans l’église sans passer par le chœur, une porte fut percée à l’extrémité de la façade nord. Daté de 1651 la cloche a donc été mise en place par leurs soins. Par contre du clocher on ne trouve aucune trace dans les nombreux écrits et archives qui suivent cette date.

 

Mur-côté-sud-vers-le-pignon-ouest Mur-côté-sud-vers-le-transept

 

Dans un texte daté de 1763, donc après le départ des chanoines, nous lisons : « le clocher qu’on voit encore ».


L'ÉGLISE-par-LÉRÉ-3Il faut attendre le 29 juin 1814 pour voir un croquis de l’église sans le clocher.


Entre ces deux dates, aucun document n’y fait référence. On en reste donc à l’idée que sa disparition s’est produite durant cette période tout en ignorant les raisons qui en sont l’origine. 


2 réflexions sur “Le clocher”

    1. Figure-toi que ça fait huit ans que je rassemble des documents sur St Jean. A présent, au travers du blog, j’essaye d’y mettre de l’ordre. Imagine que j’ai plus de 50 000 fichiers de rassemblés.
      Une misère somme toute.

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page