La cloche

 

La-cloche-sur-son-berceauMarie Sophie


Le clocher de l’église, aux dires d’anciens historiens, renfermait deux cloches. L’une appartenait aux habitants et l’autre au couvent.

 

À la disparition du clocher, elles furent remplacées par une seule cloche. Celle-ci était placée au-dessus de la voûte du bas-côté gauche, sur des pièces de charpente posées en travers sur les murs. Cette cloche qui pesait 247 kilos, mesurait 60 cm. de hauteur pour un diamètres de 65 cm. Elle portait la date de 1651. C’est-à-dire approximativement la même date que le premier registre paroissial portant enregistrement des naissances, mariages et décès (1650).

 

2 La clocheElle fut donc mise en place par les religieux après le départ des abbesses à Royalieu.

 

En 1842, pour une raison que l’on ignore cette cloche étant cassée, décision fut prise d’en acquérir une nouvelle, plus importante que la précédente.

 

Un nouveau berceau fut construit à cette occasion, le précédent étant vermoulu et trop petit pour recevoir cette nouvelle cloche.

 

Détail-sur-le-texte Détail-sur-un-motif

 

Cette cloche, d’un poids de 602 kilos et d’un diamètre de 1m.02 fut baptisée le 4 décembre 1842.

 

 

La-clocheL’inscription suivante est gravée sur son pourtour :

 

L’an 1842 j’ai été refondue et doublée de poids par les soins de LEDUC Alexandre Georges, propriétaire, maire de cette commune et bénite par monsieur Claude ANCELIN curé des Invalides chanoine honoraire de Beauvais, chevalier de la légion d’honneur, ancien curé de cette paroisse, assisté de monsieur FORTIN, curé actuel, et nommée « Marie Sophie par monsieur POIRSON Marie Antide, Inspecteur de la forêt de Compiègne et dame DE CALABRE Louise Virginie son épouse ».

 

Orifice-de-la-cordeLorsqu’en 1793 la loi sur la descente des cloches fut promulguée, l’unique cloche de St Jean fut épargnée, les églises ne devant fournir que les cloches en surnombre.

 

Pour la petite histoire précisons que cette cloche était « garantie un an si elle venait à casser pendant cet espace de temps par défaut de travail ». Depuis 169 ans qu’elle rend les services que nous lui connaissons, le moindre incident aujourd’hui ne permettrait plus au conseil municipal de faire jouer cette clause.

 

4 réflexions sur “La cloche”

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page