L’école (1794)

1Depuis 1794, donc bien avant la construction en 1810 de l’école accolée à l’église, les enfants recevaient l’instruction dans des locaux de fortune. L’un deux se situait près de l’ancienne porte de la ferme. Ce bâtiment appelé le « Pavillon » avait été acquit en 1792 comme bien national, par un membre de la commune au profit de l’instituteur. L’école se tenait dans une ancienne étable attenante.


1794 28 février-Demande de mise en place de l'instituteurS’adressant aux administrateurs du district de Compiègne, voici ce qu’en disent les officiers municipaux et le Conseil général de la commune.


« Nous demandons aux citoyens de nous donner un endroit pour faire l’école plus commode que celle qui existe. Nous certifions qu’il n’est point possible de faire l’école où est l’ancienne 1° Elle est trop petite, elle est mal située, elle est trop humide, elle est dans un endroit cloaque, il n’y a point de cheminée, il y tombe de l’eau dedans, qui rend souvent les enfants malades par le froid qu’ils endurent, par l’humidité qu’elle porte, en un mot elle n’est point capable de faire une école, ça n’a jamais été qu’un appentis ».

 

Si après cela les autorités ne comprirent pas qu’il fallait vraiment un nouveau local à l’école…


2 réflexions sur “L’école (1794)”

  1. C’était très variable. L’été il y avait moins d’élèves que l’hiver. Les travaux des champs en particuliers faisaient que beaucoup d’enfants travaillaient avec les parents. J’ai retrouvé pas mal
    de mots d’excuses où tous les motifs sont évoqués. Les filles par exemple pour garder un frère ou une sœur, faire la lessive, etc. Les effectifs pouvaient varier de 1 à 4, c’est-à-dire à l’époque
    de 10 à 40 dans certains cas. Et puis il y avait un autre phénomène qui jouait, à ce moment les parents payaient l’école. Alors pour un enfant ça pouvait aller, mais quand il y en avait plusieurs
    c’était la plupart du temps les filles qui en faisait les frais. Les gens étaient pauvres pour la majorité d’entre eux. Payer l’école était un sacrifice pas toujours jugé nécessaire. Voilà en
    gros.

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page