A la maison que j’ai quitté

 

Elle avait abrité jadis, un personnage connu sous le nom de Désiré.

 

Désiré Tourneur pour l’état civil ; né en 1883, décédé en 1966.

A la maison que j'ai quitté

Cantonnier de la commune pour sa profession, mais poète à ses heures et horloger à ses moments perdus.

 

Désiré était connu de tout Saint-Jean et des enfants en particulier.

 

Des idées il en avait plein la tête.

 

Il avait gravé sur une planche de bois, avec un tisonnier rougit au feu, un poème à la gloire du gros chêne.

 

En voici le texte, transmis par Michel Théveniault.

A la maison que j'ai quitté

Toujours sur le Gros Chêne, voici ce qu’il écrit dans un texte adressé à Monsier Xavier Dumont. (Copies transmises par Marie France)

A la maison que j'ai quitté
A la maison que j'ai quitté

Quant aux idées, en voici une, transmise à Monsieur Dumont.

A la maison que j'ai quitté
A la maison que j'ai quitté

Quand vous passerez devant le 1 chemin du Ru, rappelez-vous que Désiré Tourneur y habita, garde-champêtre de la commune et poète à ses heures.

A la maison que j'ai quitté

2 réflexions sur “A la maison que j’ai quitté”

  1. albac françoise

    Bonjour Robert, ton article est très beau mais parles-nous aussi de toi, de tout ce que tu as fait à St Jean. Merci

  2. Je vois un commentaire qui m’interpelle. Et je te dis : chiche !
    Je n’ai pas noté ton numéro de téléphone … quelle étourdie je fais.
    Je t’embrasse.

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page