A propos du roman « L’esthétique de la Résistance »

Aujourd’hui nous donnons la parole à Madame Lisbet Schulz, écrivain d’origine Suédoise qui a effectué des recherches sur le château de La Brévière pendant la seconde guerre mondiale.

C’est le roman « L’Esthétique de la Résistance » du germano-suédois Peter Weiss, qui avait inspiré l’auteure à visiter Saint-Jean-aux-Bois et La Brévière. Le roman traite d’un jeune allemand, antinaziste, qui en 1938 part en Espagne, alors en guerre civile. Après la défaite, il se met à la recherche d’un pays où se réfugier, en passant par Paris, où il reste a peu près une semaine, avant de se réfugier en Suède, jusqu’en 1942, année à laquelle il retourne à Berlin. La semaine à Paris, le protagoniste du roman, le jeune allemand, habite des « maisons » d’Olof Aschberg; a Paris et quelques jours à la Brévière. Le roman entier est un hommage à tous ceux qui ont résisté au nazisme, au fascisme. La partie se déroulant à Paris est aussi un hommage à Olof Aschberg et à Théodore Géricault, artiste romantique célèbre pour son œuvre « Le radeau de la méduse ».

Retour haut de page