Mois : novembre 2013

Les professions anciennes des habitants de Saint Jean (1)

Les archives communales et départementales conservent un certain nombre d’actes — baux de location des chanoines, puis à partir de 1793, actes de ventes, actes paroissiaux puis civils — qui permettent de reconstituer les métiers exercés par des habitants nommément cités à une époque déjà ancienne, puisque nous remontons pour certain à la fin du 17ème siècle.


Nous pouvons ainsi constituer des listes, certainement incomplètes, pour des périodes commençant un peu avant les années 1700.


Ces informations sont incomplètes pour nous permettre de situer avec précisions le lieu où ces gens habitaient, les actes le plus souvent ne l’indiquant pas. Les baux et les actes de vente se contentaient, la plupart du temps, à écrire que telle maison louée à telle personne, tenait d’un côté à untel, de l’autre à unetelle, sur le devant à la cour et sur l’arrière à un jardin. Dans ces conditions, sauf s’il est écrit que l’habitation se situait face à l’église ou à la porte d’enceinte, difficile de dire là où se trouvait la maison en question.


Bien qu’un plan parcellaire exista à St Jean depuis 1826, ce n’est que tardivement qu’il y était fait référence dans les actes passés devant notaires.


Cependant, il nous paraît intéressant de donner ces listes, même incomplètes, telles qu’elles ont pu être établies à la lecture des actes que j’ai pu lire au fil des recherches sur St Jean.


A partir de 1830, il sera possible de se reporter aux tables de recensement que nous publions régulièrement.

 

Ne soyez pas surpris de ne pas y voir les noms des plus récents, le but étant de faire connaître les plus anciens, ceux qui ne nous sont plus familiers.

 

P1010014.jpg

Sur ce bail de 1699 à Adrien Carrier, clerc et cabaretier (accessoirement il était « instituteur ») on peut lire que le : « … ci-présent preneur et acceptant audit titre pour lui, une maison où demeure ledit preneur et où il tient cabaret audit Saint-Jean-aux-Bois… et la treille qui est tout du long du fossé jusqu’à la guérite« . D’après d’autres indications qui se recoupent dans divers documents, on peut penser qu’au pied de la porte fortifiée existait un cabaret avec une petite terrasse sur le bord du ru, genre guiguette des bords de Marne, en plus petit évidement.

 

Aubergiste-Cabaretiers-1.jpgAubergiste-Cabaretiers-2.jpg

à suivre…

Filed under: Non classé

Cadran solaire de l’église

Qu’est-il advenu du cadran solaire qui ornait une des faces de la tourelle de l’escalier qui mène aux combles de l’église ?

 

Co-te--sud-avec-cadran-solaire.jpg

 

Côté sud avec cadran solaire copie

 

Ce croquis de l’église dessiné par l’architecte Mimey chargé de la restauration du bâtiment date de la moitié du 19e siècle. On y distingue nettement le cadran solaire qui se trouvait sur la tourelle, un peu au-dessus de la meurtrière.

 

De nos jours nous distinguons toujours cet emplacement. Il semblerait, par les traces de burin qui apparaissent, que le cadran ait été plutôt supprimé qu’ôté.    

 

 

 

10-mai-2013-1.jpg

10-mai-2013-2.jpg

 

 

Filed under: Non classé

Divagation des volailles et bestiaux

Si au lendemain de la guerre 1939-1945, les vaches, veaux et autres cochons avaient disparus des rues du village, les animaux de basse-cour quant à eux tenaient toujours le haut du pavé. Tant et si bien qu’une grande partie des habitants ne comprenait plus que l’on tolère ces pratiques anciennes.


247.gifLes femmes, pour qui la mode avait supprimé les robes qui tombaient jusqu’au sol, avaient adopté définitivement les nouvelles qui leur permettaient de montrer leurs mollets.


Seulement lorsque certaines passaient par malheur trop près des oies qui se dandinaient sur la place, il n’était pas rare qu’un mollet se fasse pincer par l’une de ces bestioles. Et celle ou celui à qui cela est déjà arrivé sait à quel point cela fait mal. Et les oies sont des spécialistes en la matière. Lorsqu’elles s’approchent en sifflant le cou tendu en avant ; mieux vaut ne pas rester à leur proximité.


Bref, les problèmes dus à  la divagation des animaux de basse-cour dans les rues et places du village, vinrent à plusieurs reprises dans les discutions du conseil municipal.

 

Usagers de la place ; volailles.

 

Ë Conseil du 20 novembre 1945.

Le conseil municipal prie les usagers de la place de bien vouloir garder à l’intérieur de leur basse-cour, les jours de cérémonies, les volailles et animaux qui vaquent sur la place.


Ë Conseil du 22 décembre 1945.

Un conseiller expose les inconvénients que provoque la divagation des animaux de basse-cour sur la place du village.


Ë Conseil du 2 avril 1946. « Les volailles en liberté sur la place commettent des dégâts dans les jardins voisins. Mme Germanangue est invitée à enfermer ses oies qui seraient cause de tels préjudices.


Ë Conseil du 24 janvier 1948.

Volailles et bestiaux sur la place communale.

Les conseillers échangent leurs points de vue sur le sens à donner au droit de divagation des volailles, question soulevée plusieurs fois en conseil, mais jamais résolue, par le fait qu’il s’agit d’une coutume ancienne. Le principe suivant semble admis à l’unanimité : si aucun arrêté antérieur ne s’y oppose, le maire doit interdire la divagation des bestiaux et des oies sur la place publique de Saint Jean, une exception étant faite pour les poules, volailles propres et attrayantes.


Ë  Conseil du 27 mars 1948.

A l’unanimité le conseil décide d’interdire la divagation des bestiaux et volailles sans exception, sur la place publique et aux alentours.

 

Ce ne sera qu’à compter de cet arrêté que cette pratique cessera.

Filed under: Non classé

Chasse à courre

Quelques vues anciennes à La Brévière

 

18.jpg

Dans le hameau

19-copie.jpg

 

20.jpg

Chemin des Plaideurs

1601.jpg

 

1603.jpg

 

1801.jpg

 

A Sainte Périne

 

12-189-O-copie.jpg

 

17.jpg

 

31.jpg

 

33.jpg

 

Le-cerf-a--l-eau.-Etang-de-Ste-Pe-rine.jpg

 

A Vaudrampont

 

22-copie.jpg

 

23-copie-2.jpg

 

25-copie.jpg

 

25.jpg

Remerciements à Arlette B… pour ces photos provenant de sa colection

Filed under: Non classé